Publicité
16 octobre 2016 - 06:18

Studios de santé : attention aux abonnements à vie

L'Office de la protection du consommateur met la population en garde contre une nouvelle pratique qui gagne en popularité, celle des abonnements à vie dans les studios de santé. Certains commerçants proposeraient, contre une forte somme la première année, le renouvellement gratuit du contrat pour les années subséquentes, «à vie».

Une telle offre peut paraître attrayante. L'abonné devrait toutefois considérer que le terme «à vie» peut aussi vouloir dire «aussi longtemps que l'entreprise sera ouverte». Déjà, des consommateurs ont porté plainte à l'Office après avoir déboursé plus de 1 000 $ pour un abonnement «à vie» à un centre d'entraînement… qui a fermé ses portes dans les mois qui ont suivi.

Les sommes payées à l'avance par les consommateurs qui s'abonnent à un studio de santé détenteur d'un permis de l'Office sont protégées par le cautionnement que le commerçant doit verser pour obtenir ce permis. Toutefois, la situation se complique dans le cas d'un contrat à 0 $. Ainsi, même s'il a payé très cher son abonnement la première année, le consommateur pourrait avoir de la difficulté à se faire indemniser si le centre d'entraînement fermait l'année suivante, alors que le renouvellement de son contrat ne lui a rien coûté.

PROTECTION FINANCIÈRE

La Loi sur la protection du consommateur désigne comme studios de santé les établissements qui fournissent des biens ou des services destinés à aider une personne à améliorer sa condition physique par un changement dans son poids, le contrôle de son poids, un traitement, une diète ou de l'exercice. Le commerçant qui exploite un studio de santé, par exemple, un centre d'entraînement (conditionnement physique, musculation, CrossFit, etc.) ou une clinique de contrôle du poids, doit être titulaire d'un permis délivré par l'Office et fournir un cautionnement de 15 000 $ pour chacun de ses établissements. Ce cautionnement sert à garantir le respect de la loi et peut entre autres être utilisé pour dédommager les consommateurs en cas de fermeture de l'entreprise.
 

Publicité

Commentez cet article