Publicité
3 octobre 2017 - 16:46

Historique d'une demande d'amélioration sur le boulevard Thériault

N.D.L.R. La direction se réserve le droit d'abréger certaines lettres. L'opinion exprimée dans cette catégorie n'engage que leur auteur et ne reflète d'aucune façon la position du journal.

En 2011, l'arrière de ma voiture a failli être frappée par un camion remorque alors que j'attendais que la voie se libère pour accéder au stationnement des Condominiums les Verrières. Heureusement, ce dernier s'est arrêté qu'à quelques pieds de ma voiture. Suite à cet incident, j'ai imaginé une solution pour éviter qu'une telle situation dangereuse ne se reproduise.

J'ai donc proposé à mon conseiller de quartier de modifier le terreplein rectiligne pour en faire un en forme de « s » face aux Condominiums les Verrières. Cette modification avait pour but de sécuriser l'accès au stationnement du Condominium tout en permettant aux automobilistes voulant accéder au stationnement de l'hôpital de ne pas arrêter la circulation sur le boulevard.

Ce dernier a trouvé la suggestion intéressante et en a parlé au conseiller siégeant à la commission des transports. Peu de temps après, j'ai reçu un appel d’un fonctionnaire municipal, pour commenter un plan de réaménagement qu'il avait préparé et qui était des plus intéressants.

Constatant que le projet n'avançait plus, j'ai contacté mon conseiller de quartier pour avoir des explications. Ce dernier m'a informé que quelqu'un lui aurait dit: « vous ne toucherez pas à cela tant que je serai là ». Il est inconcevable et inacceptable que l'entêtement d'un fonctionnaire puisse avoir préséance sur la sécurité des usagers du boulevard Thériault. J'en ai déduit que ce carrefour avait dû être dessiné par ce fonctionnaire à ses débuts comme junior à la ville de Rivière-du-Loup et qu'il ne voulait pas qu'on modifie son « œuvre ».  

Comme il y a déjà eu plusieurs accidents à cette intersection, j'ai contacté un des deux policiers qui siègent à la commission des transports pour avoir son opinion sur la sécurité et sur le fait que plusieurs automobilistes empruntent une partie de la piste cyclable pour doubler les voitures qui attendent afin d'accéder au stationnement de l'hôpital. Après une bonne argumentation serrée, ce dernier m'a dit vous savez M. Potvin, cette commission, c'est la commission « Lebel-Tremblay ».

Il est désolant de constater que l'on se sert de la commission comme « bouclier » pour refuser ce projet présenté à la Ville de Rivière-du-Loup. Apparemment, les membres de cette commission n'ont que très peu d'influence sur ce qui est décidé par le service de l'ingénierie. De plus, l'arrêt à l'intersection Saint-Henri / Thériault a déjà été qualifié de non-sens par un ancien élu.

J'ai fait des interventions au conseil de ville mais en vain. J'ai déjà présenté ce projet aux autres propriétaires des Condominiums. Ces derniers étaient des plus intéressés et une majorité d'entres-eux  n'ont pas hésité à signer une pétition qui a été présentée au conseil de ville. La réponse à cette pétition nous a été donnée par la  commission des transports. Encore un autre refus.

Même notre directeur général qui était convaincu du bien fondé de cette demande d'amélioration et qui m'avait laissé entendre qu'elle  serait réalisée dans un proche avenir a dû me répondre d'attendre  après les développements au Centre Jeunesse situé sur la rue St-Henri. Dans cette réponse, il y aurait peut-être un sous-entendu à l'effet qui serait préférable d'attendre qu'il y ait un certain mouvement de personnel avant de pouvoir procéder.

D'un point de vue budgétaire, l'amélioration demandée couterait surement moins cher que le mur de « prestige » qui a été érigé à l'ouest de l'édifice municipal sur la rue Fraser. On ne peut que constater que les priorités de certains fonctionnaires sont différentes de celles des citoyens qui paient leurs salaires.

Il est désolant de constater l'impuissance des dirigeants de la ville devant cette situation. En ce qui concerne la voirie municipale, le pouvoir des membres du conseil municipal pourrait se résumer à entériner par résolution ce qui est décidé par les fonctionnaires.

Jean-C. Potvin, un des citoyens qui espèrent toujours avoir plus de sécurité pour accéder à leurs Condominiums

 

Publicité