Publicité
Mercredi, 22 octobre 2014
24 juin 2012 - 21:33

L’APCHQ est inquiète

L’APCHQ est inquiète
Photo: archives, Nicolas Ouellet
Rivière-du-Loup – L’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ) est inquiète du resserrement des règles hypothécaires annoncé aujourd’hui par le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty. Ces règles touchent à la fois les conditions de refinancement et les conditions d’accès à la propriété.

Dans ce dernier cas, les restrictions risquent d’avoir des conséquences économiques néfastes, dont le ralentissement de la construction résidentielle au Québec.

L’APCHQ comprend que le ministre ne souhaite pas encourager les ménages canadiens à se réendetter en se servant de la valeur de leur maison. Par contre, les restrictions quant à la période d’amortissement, fixée à un maximum de 25 ans au lieu de 30 ans, modifient les conditions d’accession à la propriété.  Dans le marché de la construction résidentielle au Québec, 40 % des acheteurs de maisons neuves sont des premiers acheteurs.

Étant auparavant davantage locataires, les Québécois sont aujourd’hui plus nombreux à acquérir une propriété. Ce phénomène s’accompagne d’un certain endettement qui vient hausser les statistiques. Toutefois, selon l’APCHQ, il ne s’agit pas nécessairement d’un endettement inquiétant pour le marché financier.

En effet, avec les taux d’intérêt présentement disponibles, des ménages peuvent accéder à la propriété avec des taux stables qui leur permettront de renouveler leur hypothèque dans cinq ans et d’accumuler une équité qui, à long terme, leur offrira une liberté financière. Il faut se demander dans quelle mesure le fait de tenir à l’écart certains ménages peut avoir une incidence sur la stabilité du marché financier canadien, puisque cela entraînera nécessairement la diminution de l’activité économique dans l’industrie de la construction

L’APCHQ rappelle que les personnes souhaitant faire l’acquisition d’une première propriété font des efforts importants pour réaliser leur projet. Pour presque 60 % d’entre eux, la mise de fonds est constituée d’une épargne patiemment accumulée, alors que pour 25 % environ, c’est le régime d’accession à la propriété (RAP) qui a permis d’économiser le montant désiré. Dans 80 % des cas, les futurs propriétaires disposent de 10 % ou moins de mise de fonds. De plus, selon les statistiques de l’APCHQ, au moins le quart d’entre eux optent pour un amortissement de 30 ans. Selon le ministre, seulement 5 % des nouveaux acheteurs seront touchés par les changements, mais dans les faits, ceux-ci pourraient avoir un impact plus significatif.

L’APCHQ regrette que les mesures ne soient pas adaptées en fonction de chaque région; les nouvelles règles résultent surtout de la situation observée dans l’Ouest canadien et en Ontario, où le marché subit de fortes pressions.

Cliquez ici pour consulter toutes les maisons à vendre au KRTB.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:




Le site infodimanche.com vous permet, entre autres, de commentez les articles et le contenu du site. Vos commentaires sont soumis aux présentes « Règles de Nétiquette » qui font partie de ce site Internet.