Publicité
1 juin 2018 - 15:39 | Mis à jour : 15:59

Jocelyn Réal Dubé et Guillaume Léveillé de retour au palais de justice de Rivière-du-Loup

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 2

L'incendiaire de la Société St-Vincent-de-Paul, Jocelyn Réal Dubé, ainsi que l'accusé de la vague de vol, incluant ceux de Chaussures Rioux et de la pharmacie Familiprix de Rivière-du-Loup les 22 et 23 février derniers, étaient de retour en cour le vendredi 1er juin.

Jocelyn Réal Dubé a plaidé coupable en avril dernier à plusieurs des accusations auxquelles il faisait face, dont celles d'incendie criminel, d'introduction par effraction et de méfait. Les procureurs au dossier, Me Manon Gaudreault pour la Couronne et Me Félix Pouliot à la défense ont été incapable de s'entendre pour une proposition commune concernant l'accusation principale d'incendie criminel.

«Pour le moment, il n'y a pas d'entente entre le ministère public et la défense sur le quantum. Il y a une entente globale sur tous les autres dossiers, à l'exception de celui de l'incendie», a expliqué Me Pouliot au juge Martin Gagnon.

La défense plaide que la documentation qui lui a été remise dans la journée et qui établit la valeur des dommages causés lors de l'incendie nécessite son attention et une période d'étude. «De notre point de vue, la valeur de départ du bâtiment a un impact sur la peine à être octroyée», a souligné l'avocat de Jocelyn Réal Dubé.

Me Gaudreault n'a pas caché sa déception. «La peine à recevoir englobera tous les autres chefs. Mais on ne peut pas limiter l'évaluation des dommages à la simple bâtisse. On parle d'un organisme d'aide communautaire, et ça a un impact. Ça pourrait être simple, mais la défense souhaite regarder le document... La responsabilité de l'accusé a été démontrée», a laissé tomber la représentante de la couronne.

Le magistrat a clos les représentations en résumant la situation ainsi : «Le fruit n'était pas mûr aujourd'hui.» Les dossiers de Jocelyn Réal Dubé ont donc été reportés, pour la forme, au jeudi 7 juin.

GUILLAUME LÉVEILLÉ

De son côté, Guillaume Léveillé, accusé de la vague de vols commis en février dernier à Rivière-du-Loup, La Pocatière, Cap-Saint-Ignace, Montmagny, la région de la Capitale-Nationale et dans la région de Montréal et Laval a brièvement comparu en avant-midi. Ce dernier a effectué une première démarche vers l'enregistrement d'un plaidoyer de culpabilité.

Me Félix Pouliot, qui a agi à titre d'ami de la cour en l'absence de Me Annick Magri, a expliqué que l'accusé avait réservé l'option de regrouper tous les dossiers dans un district unique, soit celui de Saint-Jérôme. «Il n'y a pas de démarche concrète d'effectuée encore. Il en a manifesté l'intérêt. Mais s'il le fait, alors c'est qu'il aura plaidé coupable», prévient Me Manon Gaudreault.

L'accusé sera de retour en cour pour la forme le 27 aout prochain.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Moi aussi j'aimerais connaître ce que cette phrase veut dire dans les faits. ''Les dossiers de Jocelyn Réal Dubé ont donc été reportés, pour la forme, au jeudi 7 juin''.

    Moi - 2018-06-03 00:38
  • Excusez mon ignorance est ce que quelqu'un peut me dire "Qu'est-ce que ca veut dire ''pour la forme'' dans la phrase ''les dossiers sont reporté pour la forme au 7 juin''

    Nan - 2018-06-02 08:37