Publicité
2 mars 2018 - 13:48 | Mis à jour : 13:58

Neuf mois de prison pour une agression sexuelle en situation d’autorité

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le Cyprianais de 41 ans Pascal Malenfant a écopé d’une peine globale de 9 mois d’emprisonnement le 2 mars au palais de justice de Rivière-du-Loup pour avoir agressé sexuellement et abusé une victime alors qu’il était en situation d’autorité et de confiance.

L’accusé s’était défendu d’avoir commis ces gestes en évoquant une problématique de consommation d’alcool, disant «faire des niaiseries» lorsqu’il a bu, et avoir des souvenirs partiels des évènements. Il n'a pas bronché lors du prononcé de sa sentence.

Le tribunal a retenu les facteurs aggravants d’abus de confiance et de situation d’autorité de l’accusé, les deux évènements distincts, le secret que devait conserver la victime ainsi que sa vulnérabilité. Le juge Martin Gagnon a souligné que le plaidoyer de culpabilité de Pascal Malenfant de même que ses remords et ses démarches positives de réhabilitation jouaient en sa faveur.

«Il s’agit de crimes odieux puisqu’ils sont commis contre des individus vulnérables (…) La société doit communiquer sa répulsion envers ces crimes par l’intermédiaire des tribunaux et d’une peine appropriée», a soutenu le juge Gagnon.

Ainsi, il a condamné Pascal Malenfant à passer les neuf prochains mois derrière les barreaux pour les accusations d’agression sexuelle et d’abus en situation d’autorité. L’accusé devra également se soumettre à une probation de trois ans. Il lui sera entre autres interdit de communiquer avec la victime et de consommer de l’alcool, en lien avec ses problèmes personnels. Le rapport de l’agent de probation a révélé que le risque de récidive de Malenfant est sous la moyenne des contrevenants en matière sexuelle.

Les faits auraient été commis entre le 1er février 2015 et le 22 juillet 2016 à Témiscouata-sur-le-Lac, à deux occasions distinctes. Son plaidoyer de culpabilité pour les chefs d’accusation d’agression sexuelle et d’abus en situation d’autorité a été enregistré le 27 octobre dernier.

Pascal Malenfant possède des antécédents judiciaires qui remontent en 2002 pour avoir conduit un véhicule alors que son taux d’alcoolémie dépassait les limites fixées par la loi. Il est en attente d’un autre procès pour conduite avec les facultés affaiblies concernant des faits qui se seraient produits l’automne dernier. Une ordonnance de non-publication interdit la divulgation de tout renseignement permettant l’identification de la victime.

» À lire aussi : Un Cyprianais coupable d’agression sexuelle

 

Publicité

Commentez cet article