Publicité
16 novembre 2017 - 06:58 | Mis à jour : 14:33

Dossier

L’agresseur et harceleur Francis Trahan déclaré délinquant à contrôler

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

À la lumière d’un volumineux et détaillé rapport sexologique d’environ 70 pages de l’Institut Philippe-Pinel et du témoignage d’une victime de harcèlement et d’agression sexuelle, Francis Trahan, âgé de 38 ans de Dégelis, a été déclaré délinquant à contrôler et a été condamné à 4 ans de pénitencier, en plus de faire l’objet d’une surveillance de longue durée de 10 ans dès sa sortie de prison.

Francis Trahan avait déjà sévi auprès de deux autres victimes et purgeait une peine d’emprisonnement dans un dossier d’agression sexuelle lorsqu’il était en contact par téléphone et par courrier avec la victime. Il a été libéré sous probation dans ce dossier le 9 juin 2016.

DU COURRIER ET DES FLEURS

La femme qui a été harcelée et agressée par l’accusé affirme avoir reçu du courrier «à la tonne» dans son témoignage, des lettres d’amour avec des enveloppes décorées de dessins explicites en provenance du pénitencier. M. Trahan a également appelé la victime de manière répétée entre le 9 juin 2016 et le 14 juillet 2016. «15 fois par jour, minimum. C’est ce qui a été compté», a-t-elle témoigné. Cette dernière affirme qu’elle le voyait partout où elle allait, lorsque ce dernier était en probation.

Elle se rappelle entre autres d’une sortie en famille au Festival western de Dégelis, où elle a pris une seule photo avec les membres de sa famille. La victime a été troublée de voir que Francis Trahan apparaissait à l’arrière-plan sur son vélo, sans qu’il n’ait été invité. Il a également envoyé des fleurs à sa victime, et a suivi le livreur jusqu’à sa résidence, avant de la confronter au commerce lorsqu’elle a tenté de rapporter le bouquet pour expliquer la situation aux employés.

TÉMOIGNAGE PERCUTANT

Dans son témoignage, la dame a affirmé que même lors de la détention préventive de Francis Trahan, elle vérifiait à répétition si ses portes de sa résidence étaient barrées. L’accusé, alors sous le coup d’une probation, a commis un acte d’agression sexuelle au mois de juin 2016 à Dégelis.

«Vous avez dit lors de votre témoignage que vous vous êtes lavée avec une éponge côté rugueux. Ça m’a marquée parce que c’est la première fois que j’entends ça. C’est un élément percutant pour comprendre comment une victime peut se sentir à la suite d’une agression sexuelle», a souligné la juge Luce Kennedy.

Selon le rapport sexologique de près de 70 pages, le risque de récidive de Francis Trahan est élevé. Tous les critères afin de le déclarer délinquant à contrôler sont remplis.

«Grâce au fait que cette dame ait porté plainte, ça lui a demandé beaucoup de courage, nous avons pu mettre une protection pour la société pour empêcher que cela ne se reproduise. Il est emprisonné maintenant», a complété la procureure de la Couronne, Lili-Anne Laforest.

SURVEILLANCE

L’agresseur s’est par ailleurs adressé à la juge dans le cadre de l’imposition de sa peine. «Je sais que je vais avoir de l’aide en sortant. Je vais avoir des ressources pour fonctionner et avoir une vie normale.» Son avocat, Me Richard Guay, estime que la surveillance pendant une période de 10 ans après sa sortie du pénitencier permettra de réduire les risques de récidive de son client. «Il a été remis en liberté en juin 2016 sans support après un séjour en thérapie à Percé. Ç’a donné une récidive à l’intérieur d’une brève échéance».

En raison de la détention provisoire déjà purgée par Francis Trahan, il lui reste 2 ans à passer derrière les barreaux, après quoi il sera sous surveillance pendant 10 ans, la période maximale d’une telle mesure. Il passera donc les 12 prochaines années entre les mains du système de justice. Il lui sera interdit d’entrer en contact avec sa victime. Une ordonnance de non publication du tribunal permet de protéger l’identité de la victime dans ce dossier.

» À lire aussi : 

• Grande chaine de solidarité contre la violence sexuelle

• Éducation à la sexualité : nos écoles citées en exemple

Publicité

Commentez cet article