Publicité
3 octobre 2017 - 17:52 | Mis à jour : 19:51

32 employés placés en observation

Le centre de tri de Rivière-du-Loup évacué d’urgence

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin

[MISE À JOUR] Mardi soir, une trentaine d’employés du centre de tri de Rivière-du-Loup situé sur la rue Delage ont pu quitter le Centre hospitalier régional du Grand-Portage après y avoir été placés sous observation. Une demi-douzaine d'entre eux ont été incommodés par des irritations respiratoires sur leur lieu de travail.

Vers 16 h 55, la quarantaine d'employés ont été forcés de quitter le centre à la suite d'émanations. Immédiatement, les mesures d’urgence ont été déclenchées.

Quatre ambulances ont été dépêchées sur les lieux, ainsi que l’équipe de garde du Service de sécurité incendie de Rivière-du-Loup (SSIRDL). Le périmètre de sécurité a été assuré par la Sûreté du Québec. De leur côté, les employés ont trouvé refuge au Garage Corbin et Sirois.

Heureusement, aucun employé n’a été grièvement blessé. «Ils sont transportés à titre préventif. Un autobus a également été demandé pour transporter une vingtaine d'autres employés au CHRGP. Là aussi, il s'agit d'une mesure préventive», souligne le directeur du SSIRDL, Éric Bérubé.

Les pompiers n’ont pas caché les difficultés rencontrées afin d’identifier la source de contamination. «Il n’y a pas eu de déversement comme tel. Nous faisons des lectures afin d’identifier l’origine de la problématique. (…) Nous utilisons des outils tels que les détecteurs quatre-gaz. Le niveau d’oxygène est bon à l’intérieur», ajoute M. Bérubé.

Ce dernier a rappelé que sur une chaine de tri, alors que des particuliers disposent parfois de produits comme des détergents, qu’il pouvait s’agir «de deux détersifs qui viendraient créer une réaction chimique asphyxiante».

CAUSE

Les recherches n’ont pas permis d’identifier l’origine du problème. «Nous avons réactivé la chaine afin de reproduire les conditions, mais il n’y avait rien. Tout a été nettoyé. L’hypothèse la plus probable c’est qu’il s’agit d’un contenant qui s’est retrouvé dans le compacteur à déchets», a conclu Éric Bérubé.

En remettant la chaine en marche, les autorités se sont assurées que la situation ne se reproduirait pas demain à la reprise des opérations du centre de tri.

 

Publicité

Commentez cet article