Publicité
13 août 2016 - 13:53 | Mis à jour : 1 septembre 2016 - 12:10

Stupéfiants : un homme de Pohénégamook écope de 60 jours de prison avec sursis

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Acquitté de production de cannabis dans le but d’en fait le trafic le 6 juin, Denis Larochelle, un homme de 55 ans de Pohénégamook, a été condamné le 11 aout à purger 60 jours de prison avec sursis pour possession de stupéfiants.

Les faits qui lui étaient reprochés remontaient au 27 octobre 2010. Il devra également se soumettre à une probation d’une durée de 12 mois. Cet homme compte une longue feuille de route devant les tribunaux en semblable matière. Il avait purgé 15 mois de prison dans les années 1990 pour possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic.

LES FAITS

En octobre 2010, mandat de perquisition en main, les policiers de la Sûreté du Québec sont entrés à l’intérieur de la résidence de l’accusé située sur la rue Principale à Pohénégamook par la porte arrière et y ont trouvé un total d’environ 150 grammes de cannabis dans des sacs de plastique entreposés dans la cuisine et le garage.

Ils ont poursuivi leur investigation au sous-sol de la demeure, où ils ont trouvé trois plants en production, ainsi que du matériel servant à faire la culture de cannabis. Les agents ont aussi trouvé deux barils contenant un total d’environ 10 kg de cannabis. Un mandat d’arrestation a été lancé par la SQ contre le propriétaire de la résidence à la suite de la perquisition.

L’habitation était occupée par deux chambreurs lors de l’infraction. Le 6 juin, la juge Louise Gallant a considéré que les preuves circonstancielles fournies par la Couronne ne permettaient pas de prouve la culpabilité hors de tout doute raisonnable de l’accusé pour le chef de production de stupéfiants. Elle a souligné qu’être propriétaire des lieux n’établit pas sa participation. La possibilité qu’il ait accès à la production ne veut pas dire qu’il faisait la culture de cannabis.

Publicité

Commentez cet article