Publicité
19 avril 2016 - 09:59 | Mis à jour : 15:22

Deux hommes arrêtés pour production d'environ 5000 plants de cannabis

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Saint-Léon-le-Grand - Michel Dancause, 50 ans de Rivière-du-Loup et Hugo Lapointe, 39 ans, de Saint-Antonin ont été arrêtés le 16 avril à Saint-Léon-le-Grand après que les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Maskinongé aient découvert plus de 5 000 plants de cannabis en production.

Un autre homme, Christian Pelletier, âgé de 46 ans et résident de Saint-Léon-le-Grand a aussi été arrêté sur place. Les policiers de la Sûreté du Québec avaient reçu une demande d'assistance de la part de la police de l'Ontario, relativement à un vol de chariot élévateur dans la journée de samedi.

«Ils se sont rendus à des entrepôts situés derrière une résidence de la route 349 à Saint-Léon-le-Grand. Quatre chariots élévateurs y ont été trouvés», a raconté Annie Thibaudeau de la Sûreté du Québec.

À la suite de leur recherche pour ce vol, les policiers ont obtenu un mandat de perquisition en matière de stupéfiants. Ils ont mis la main sur environ 5 000 plants de cannabis. Les trois coaccusés ont comparu le 18 avril au palais de justice de Trois-Rivières.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • (1) Bravo ! Stocks à détruire ! Une sanction freine la consommation en limitant les stocks disponibles Voici un passage du rapport de la Mission franco-allemande d’évaluation de la mise en œuvre de la légalisation de la marijuana au Colorado : « – Un enjeu de santé publique : la persistance d’une accessibilité aisée des mineurs ainsi que la forte hausse des concentrations en THC dans les produits disponibles constituent une forte préoccupation. – La professionnalisation rapide de la filière conduit à la constitution d’un véritable business du cannabis qui fait craindre le développement d’un modèle économique similaire à celui de l’industrie du tabac dont les effets pour la santé publique furent particulièrement néfastes. – La diffusion de produits comestibles (friandises, gâteaux, huiles etc.) est une conséquence directe de ce « business » et apparait comme le vecteur le plus menaçant d’accès au cannabis dans des proportions importantes et pour une population jeune. Les autorités éprouvent de fortes difficultés à réguler ce nouveau marché. – Les marchés parallèles et les trafics paraissent avoir connu une multiplication et une croissance importante contrairement à ce que les principaux partisans de la légalisation anticipaient. Les taxes élevées, la disponibilité d’une marijuana médicale moins chère, les contrôles rendus difficiles par une législation qui n’est pas aboutie sont parmi les causes de l’apparition de nouveaux trafics de proximité (au profit des mineurs ou entre États notamment) et du maintien d’un trafic traditionnel en lien avec le crime organisé… »

    Jacques Pierre Bernard - 2016-04-19 15:49