Publicité
23 octobre 2017 - 06:51 | Mis à jour : 17:54

Gilles Garon revient sur le dossier des arénas à Témiscouata-sur-le-Lac

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 3

Maire sortant de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac, le candidat Gilles Garon a jugé important de faire le point sur les projets de l’Aréna Jacques-Dubé dans le quartier Notre-Dame-du-Lac et du Centre sportif Phil Latulippe dans le secteur de Cabano. «Il y a tellement de désinformation, j’essaie de mettre les choses claires. C’est un projet majeur, un levier», a mentionné M. Garon.

À cet effet, il a d’ailleurs envoyé dans toutes les boites postales de la communauté un dépliant qui explique le financement de ces deux projets, dont le cout total est de plus de 20,5 millions de dollars. Les contributions financières obtenues des gouvernements s’élèvent à 14,6 M$, dont 4 786 216 $ de chacun des gouvernements du Canada et du Québec. À cela s’ajoute pour la partie du Centre communautaire évènementiels (salle de 500 places et des services ajoutés à l’aréna) une somme de 1 500 000 $ provenant d’une compensation du ministère des Transports du Québec en dédommagement pour la perte de la halte routière en lien avec les travaux de l’autoroute 85. L’indemnité de l’assurance pour le Centre sportif Phil Latulippe est de 3 600 000 $.

Le solde à financer par la Ville s’élève donc à 5 887 225 $. Le maire sortant a expliqué que la Ville injecterait une partie (38 %) des revenus des parcs éoliens sur 20 ans pour une somme totale de 3 360 000 $. «En bout de ligne, c’est un montant de 2 500 000 $ qui sera à payer par les contribuables par du financement à long terme (20 ans) qui s’effectuera en 2020. Ça représente 22 $ par année pour une résidence évaluée à 160 000 $», a souligné Gilles Garon. Pour terminer sur ce sujet, M. Garon a indiqué que le déficit annuel d’opération estimé pour les deux arénas est de l’ordre de 300 000 $, une somme qu’il qualifie de raisonnable pour offrir des infrastructures de qualité aux citoyens.

PROJET PRIVÉ DE CENTRE TOURISTIQUE

Gilles Garon a également commenté le projet privé de centre touristique et de santé qui pourrait voir le jour au cours des prochaines années à Témiscouata-sur-le-Lac. Les premières ébauches du projet mené par Yohan Murray comprennent 140 unités d’hébergement situées en bordure du lac Témiscouata pour un investissement de 14 M$.

«Ça fait plus d’un an qu’on travaille avec eux. On va devenir une région vedette, on devra héberger les visiteurs.10 M$ d’investissement privé, on parle de 150 000 $ de revenus de taxes foncières pour la Ville», a souligné M. Garon. De plus, ce projet devrait créer une cinquantaine d’emplois.

Concernant l’endroit choisi, la marina et le camping dans le quartier Notre-Dame-du-Lac, le promoteur et la Ville proposent d’autres sites aux propriétaires de roulottes saisonnières, soit de nouveaux emplacements dans le camping de la plage ou des terrains qui pourraient être rendus disponibles par un promoteur privé désireux de construire un camping.

À Témiscouata-sur-le-Lac, Gilles Garon a comme adversaire pour cette élection au poste de maire, Hélène Lemieux qui a déposé son bulletin de candidature à la dernière minute.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Intéressant, maintenant qu'il y a un autre candidature au poste de maire, M. Garon se précipite à publier qu'il fait des efforts pour promouvoir le quartier de Notre-Dame-du-Lac tandis que la réalité est que le quartier de Cabano a été le focus du maire sortant depuis que les deux quartiers ont été jumelés.

    Jacqueline - 2017-10-23 23:28
  • 150 000$ de taxes annuelles pour le projet de centre touristique, le terrain vendu 365000 en vaut 1 millions et plu. Ils étaient combien de saisonnier à cet endroit? disons 30...ben un saisonnier rapporte entre 10 et 15000 de retombées annuelles, donc environ 360000... il n'y a rien de très emballant à première vue.

    Camille - 2017-10-23 10:37
  • C'est drôle de voir comment ça compte un fonctionnaire. 38% des revenus des parcs éoliens irons, pendant 20 ans, aux paiements de cette dette.

    Donc si je lis bien, ce 38% serait de toute façon perdu si il n'était pas utilisé pour le projet. Nous n'avions donc rien à faire de plus productif avec ce 38% ?

    P. Gagnon - 2017-10-23 08:17