Publicité
5 juin 2018 - 11:29 | Mis à jour : 11:43

Une œuvre d’art grand format en plein centre-ville de Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Elle attire les regards, suscite des questionnements et surtout met de la couleur au centre-ville de Rivière-du-Loup, la murale photographique de grand format installée depuis le 1er juin sur le mur du restaurant Mikes à l’intersection des rues St-Anne et Lafontaine ne laisse personne indifférent.

Issue de la collaboration entre Espace Centre-Ville, la Ville de Rivière-du-Loup, le Musée du Bas-Saint-Laurent et Tchin Shot Créatif, cette création a vu le jour grâce à un montant de 5 000 $ provenant de l’Entente de développement culturel 2017-2018 entre la Ville et le ministère de la Culture et des Communications.

Les personnages de cette œuvre sont deux personnalités importantes de la rue Lafontaine, soit Joseph-Adélard et Blanche Boucher, photographiés en aout 1911. Joseph-Adélard Boucher (1881-1954) a fondé en 1911 J.A. Boucher enr, une tabagie, aujourd’hui devenue la Librairie J.A. Boucher. Son épouse, Blanche (1887-1974), lui a succédé comme propriétaire de l’entreprise à son décès. Leur famille a contribué de manière importante à l’essor commercial de la rue Lafontaine.

L’édifice abritant le Mikes aurait été construit entre 1879 et 1880, il s’agirait donc de l’une des plus vieilles constructions de centre-ville. «Notre patrimoine bâti est resté en bonne condition. On ajoute une dimension artistique au centre-ville, on l’embellit et cela permet d’animer cette artère principale. C’est une belle vitalité du milieu», a commenté la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet.

La collection photographique du Musée du Bas-Saint-Laurent comprend plus de 250 000 photos. Le défi pour le graphiste Guillaume Asselin de Tchin Shot Créatif a donc été d’en réduire le nombre, jusqu’à arrêter son choix sur une seule qui s’allierait bien avec le décor. «Je voulais exploiter le mur avec ses hublots. J’ai ajouté des silhouettes colorées et des détails que l’on peut voir de plus près. Pour voir l’œuvre dans toute sa grandeur, il faut l’observer de loin», explique-t-il.

Le choix de cette photographie permet donc au Musée du Bas-Saint-Laurent de mettre sa collection photographique en valeur et aux visiteurs d’avoir accès à la fois à de l’art public et à un morceau de l’histoire de Rivière-du-Loup. L’œuvre vient donc se joindre au Charlie Chaplin du sculpteur Youri Blanchet, assis sur son banc de métal devant le cinéma Princesse, à peine à quelques mètres de la nouvelle création graphique.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Excellent article à lire. Très intéressant. Les photographies sont magistrales. Je pense que le sujet écrit ici devrait être inscrit en marge des photos. Ce serait intėressant pour les gens du milieu et les touristes de pouvoir lire l’histoire de notre charmante ville.

    Hėlène Bėrubė - 2018-06-05 19:33