Publicité
20 avril 2018 - 06:32 | Mis à jour : 08:49

Une cantine d’ici au cinéma

La cantine chez Mimi de Saint-Alexandre de Kamouraska sera une des vedettes du film «Esprit de cantine» qui sera diffusé sur grand écran dans quatre villes du Québec, dont au cinéma Princesse de Rivière-du-Loup, du 20 au 27 avril.

Au-delà de l’histoire d’amour qui unit les Québécois et leurs cantines, ce documentaire, porté par la musique de Fred Fortin, offre un regard intime sur ces lieux de rencontres et sur la vie quotidienne de deux casse-croute aux personnalités bien différentes, le premier au cœur d’un village industriel, «Chez Mimi» à Saint-Alexandre-de-Kamouraska et l’autre dans une petite ville touristique, «Le Connaisseur» à Tadoussac.

Le documentaire «Esprit de cantine» de Nicolas Paquet, produit par la maison de production franC doc de Saint-Alexandre, sortira en salles à Rivière-du-Loup, Montréal, Québec, Sherbrooke, après avoir été présenté en première mondiale aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal, en 2017. C’est plus de cinq ans de travail et de poutines qui seront offerts aux cinéphiles.

«Pour moi, Esprit de cantine se devait d’être d’abord une rencontre humaine et le dévoilement d’un pan de notre identité québécoise. J’étais étonné qu’aucun documentaire d’auteur n’ait exploré ce monde si insolite et authentique à la fois. Oui, la poutine est là, les cantines tournent autour de cette icône. La caméra elle révèle d’abord l’arrière-scène, celle que les passants et les touristes ne peuvent découvrir», raconte le réalisateur Nicolas Paquet. 

Dans de nombreux villages du Québec, de petits commerces, nommés tantôt cantines, tantôt casse-croute, ponctuent les routes rurales et offrent chaque été la traditionnelle poutine aux familles, touristes et travailleurs. Ces restaurants miniatures servent aussi de point de rencontre pour toute la communauté rurale.

«Comme pour mes films précédents, ‘’Esprit de cantine’’ s’inscrit dans ma démarche pour le déploiement d’une cinématographie qui déjoue les préjugés en illustrant la ruralité comme elle peut aussi être : dynamique et pleine d’avenir. Tout n’est pas dévitalisation, exode et perte d’emplois», précise le réalisateur.

Ayant survécu à l’invasion des grandes chaines de bouffe rapide, les cantines doivent maintenant faire face aux changements des habitudes des clients et aux transformations démographiques des milieux ruraux.

Pour visionner la bande-annonce : https://vimeo.com/240429551

Publicité

Commentez cet article