Publicité
6 octobre 2017 - 16:03 | Mis à jour : 16:18

Une aide supplémentaire de 34 326 $ pour le Camp musical Saint-Alexandre

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Les iniquités de financement gouvernemental entre les différents camps musicaux au Québec, contre lesquelles le directeur du Camp musical Saint-Alexandre, Mathieu Rivest, et son équipe luttaient depuis une douzaine d’années sont maintenant choses du passé. Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, a annoncé le 6 octobre une aide supplémentaire de 34 326$ pour le camp de Saint-Alexandre

La subvention totale pour cet organisme du Kamouraska se chiffre donc à 90 126$ pour l’année 2017-2018, un grand pas vers l’équité selon M. Rivest. Ce montant représente une augmentation de 62% de l’aide financière gouvernementale.

«C’est une belle surprise (…) Ça montre au moins l’attention du ministère de prendre conscience qu’il y avait un problème historique. C’était la bataille qu’on menait depuis plus d’une dizaine d’années», complète Mathieu Rivest. Le budget total du Camp musical se chiffre à plus de 500 000$.

Toutefois, il s’agit d’une aide ponctuelle pour cette année seulement. «Évidemment lorsqu’on fait ça avec les organismes c’est parce qu’on a bon espoir de faire la même chose les années suivantes. Nous allons demander à ce que ce financement soit dans notre base récurrente auprès Conseil du trésor dès le prochain budget», complète le ministre Luc Fortin. Cette somme supplémentaire provient du programme d’Aide financière au fonctionnement pour les organismes de formation en art (PAFOFA). Ce dernier dispose d’une enveloppe de 12 M$ pour toute la province.

Le critère d’historicité pour le financement des différents camps musicaux, qui a perduré pendant des années a été éliminé et remplacé par des bases de performance des organismes de formation.

Norbert Morin, ministre de la circonscription Côte-Sud a rappelé l’importance de soutenir le Camp musical Saint-Alexandre pour soutenir sa croissance et sa pérennité. «Ça fait une différence. Il y a une clientèle de partout au Québec et même de l’international qui vient ici au Kamouraska pour le Camp musical. C’est un avantage pour le Bas-Saint-Laurent. Il n’est jamais trop visité alors quand c’est par le camp musical ça amène des éléments positifs», complète le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D’Amour.

L’an dernier, le Camp a reçu 55 professeurs de musique lors des diverses activités de formation dispensées aux jeunes. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec est un partenaire principal pour le Camp musical Saint-Alexandre. Mathieu Rivest, son directeur, prend cette augmentation de financement gouvernemental comme une tape dans le dos afin de continuer à développer d’autres projets culturels stimulants pour les jeunes.

  

Publicité

Commentez cet article