Publicité
2 octobre 2016 - 13:31

Chronique cinéma

Les cigognes : quand l’imaginaire rencontre le rocambolesque

Jo-Annie Lagacé

Par Jo-Annie Lagacé

Dans un monde ludique et coloré où l’imaginaire rencontre le rocambolesque, les cigognes ont délaissé leur mission originale qui était de transporter les bébés fraichement fabriqués pour les distribuer à leurs parents. Elles se concentrent maintenant sur une tâche beaucoup moins ingrate et difficile: la livraison à domicile d’articles divers... du moins dans le plus récent film d’animation à prendre l’affiche sur nos écrans, «Les Cigognes».

Tout va pour le mieux au sein de l’entreprise Cornerstore où, après un million de livraisons, Junior aspire à devenir le nouveau patron de la compagnie. Une dernière mission doit cependant être accomplie avant la prochaine convention où il sera proclamé: renvoyer Tulipe l’orpheline. La jeune fille, qui n’a jamais pu être livrée à ses parents après la destruction de sa balise de localisation, a passé les dix-huit dernières années parmi les cigognes, faisant baisser les profits de l’entreprise à chacune de ses frasques. Incapable de se résoudre à s’en débarrasser définitivement, Junior décide de la nommer responsable du courrier, un département tombé en désuétude depuis l’incident ayant mené à la restructuration de l’entreprise.

Pendant ce temps, Nate Garder, un petit garçon intrépide et débordant d’énergie, rêve d’avoir un petit frère avec qui jouer, idéalement avec des aptitudes de ninja. Le jour où il retrouve un vieux dépliant annonçant les services des cigognes, il décide de leur envoyer une lettre en usurpant l’identité de ses parents et en demandant la venue d’un nouveau bébé. Ses parents, tout d’abord beaucoup trop occupés pour lui prêter la moindre attention, se prêteront au jeu, en omettant de lui révéler que les oiseaux voyageurs ne livrent plus de bébés depuis longtemps…

Une gaffe après l’autre…

Alors que Tulipe l’orpheline s’ennuie à mourir et désespère de recevoir du courrier à traiter, elle jubile lorsqu’elle reçoit la lettre de Nate Garder. Usant de ruse et d’intelligence, elle découvre comment mettre en marche l’usine à bébé, au grand dam de Junior, puisqu’il s’agit là d’une faute grave pouvant nuire à sa promotion de patron. Commence alors une folle aventure qui les mènera à la rencontre de loups à la débrouillardise extraordinaire et de pingouins désagréables à l’allure douteuse. Mais plus que tout, cette expédition permettra aux deux voyageurs de s’ouvrir sur un monde fantastique.

Le film «Les Cigognes» est d’abord et avant tout un film pour enfants. Oubliez ici les doubles sens pouvant ravir les parents par leur humour subtil. Nous sommes en présence d’un univers juvénile assumé. Mais soyez sans crainte : vous vous laisserez certainement surprendre à être entrainé par la vivacité des personnages et par l’histoire rigolote et sympathique présentée dans le film. À voir pour une sortie cinéma en famille réussie!

 

Publicité

Commentez cet article