Publicité
4 septembre 2016 - 09:02

Rentrée artistique au Centre d’art de Kamouraska

Le Centre d’art de Kamouraska lance sa programmation automnale le jeudi 8 septembre, à compter de 17h, avec la nouvelle exposition «Figures & variations anatomiques».

Trois artistes, Annie Baillargeon, Ito Laïla Le François et Amélie Pellerin, y explorent le corps humain et animal, les transposant en espaces fictifs. L’exposition est en cours jusqu’au 13 novembre inclusivement.

«Figures & variations anatomiques» propose des corpus où des corps statiques, hybrides et des anatomies énigmatiques s’amalgament pour faire apparaître et marquer des territoires imaginés et des paysages métaphoriques. Présentés sous la forme d’études comparatives des corps et des paysages, les corpus tendent à illustrer cette dualité profonde qui lie l’homme à son territoire, la précarité de leur condition commune quand ils sont l’un et l’autre en relation.

Constitué de montages photographiques alliant la performance, la danse, le dessin et la photographie, Territoire perdu d’Annie Baillargeon propose des paysages abstraits où le corps semble se dissoudre tout en cherchant à marquer le territoire et à prendre possession de celui-ci.

Dans sa série de dessins installatifs Corps, ciel et fleuve, Amélie Pellerin s’intéresse au rapport corps-esprit, tentant d’illustrer l’intériorité qui en découle. Elle les transpose dans des paysages fantasmagoriques qui rappellent les grottes et les cavernes, mais aussi dans les espaces symboliques du ciel et du fleuve.

Avec Toi et ta splendide laideur, Ito Laïla Le François propose des sculptures hybrides, des corps mi-humains, mi-paysages, qui empruntent à la fois aux métiers d’art et à l’art visuel. Décloisonnant ces pratiques, l’artiste met en scène des œuvres fortes qui abordent la coexistence de l’homme et de son territoire.

Le Centre d’art est ouvert du jeudi au dimanche, de 11h à 16h, jusqu’au 13 novembre. Pour en savoir davantage sur les artistes et les projets proposés : www.kamouraska.org

 

 

Publicité

Commentez cet article