Publicité
5 août 2016 - 06:58

Émilie Rondeau a le vent en poupe

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Portée par la brise du fleuve Saint-Laurent et ses vagues, la nouvelle œuvre d’Émilie Rondeau se déploie à tous les jours depuis le 5 juillet à bord du traversier l’Héritage 1 reliant Trois-Pistoles et les Escoumins, sur la rive nord. L’installation est à l’image de la démarche de l’artiste, à la fois innovante et accessible.

Le paysage est plus souvent qu’autrement le sujet et le lieu d’intervention de l'artiste Émilie Rondeau, résidente de Rivière-Ouelle. Elle n’a pas hésité bien longtemps lorsqu’on lui a offert l’idée de transformer à sa façon l’expérience des voyageurs à bord du traversier. Elle y a créé «L’Intervalle».

« C’est un espace-temps entre deux lieux, qu’ils soient physiques ou poétiques, alors que les passagers rêvassent à bord du bateau. Ils profitent d’un moment de pause avant l’arrivée à destination, offert par la traverse», explique Émilie Rondeau. De nombreux grands drapeaux colorés rappelant les symboles utilisés pour la navigation sont visibles à partir du quai lorsque le bateau rentre au bercail, à Trois-Pistoles.

À l’intérieur du navire, on retrouve des postes d’écoute qui permettent aux passagers d’entendre les conditions météorologiques et l'ambiance sonore du fleuve Saint-Laurent. 

Cette installation a été rendue possible grâce à la collaboration entre la Ville de Trois-Pistoles, la MRC des Basques, la Compagnie de Navigation des Basques, le Centre Turbine et la MRC Haute-Côte-Nord et les Escoumins.

«Nous sommes vraiment dépendants de la météorologie et des marées, c’est une autre manière de le démontrer. S’il vente trop, les drapeaux doivent demeurer attachés pour éviter qu’ils ne se brisent». L'oeuvre est présentée jusqu'au 19 septembre.

CRÉATRICE DE L'ANNÉE

Émilie Rondeau a reçu en juin dernier le prix «Créatrice de l’année au Bas-Saint-Laurent», remis par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Ce dernier a qualifié les œuvres de l’artiste d’une «grande qualité, ludiques et rafraichissantes», une reconnaissance qui lui est allée droit au cœur.

«C’est la plus belle reconnaissance que je pouvais recevoir dans le monde des arts au Bas-Saint-Laurent, c’est un bel encouragement, et j’ai vraiment senti le soutien du milieu», a-t-elle avoué.

En 2009, elle a reçu le Prix de la relève artistique du Bas-Saint-Laurent du Conseil de la  culture du Bas-Saint-Laurent. Elle détient un Baccalauréat à l’Université Concordia (2004) et une Maîtrise en arts visuels du Nova Scotia College of Art and Design (2006).

PROJETS

On connait Émilie Rondeau pour son implication dans la région par l’entremise de ses nombreux projets artistiques et ses installations superposant le réel au fantastique et à l’imaginaire.

«Ça bouclait une grosse année pour moi. Elle commençait avec la présentation de la Chambre aux merveilles au Musée national des Beaux-Arts, entretemps, j’ai reçu le prix du CALQ, et maintenant j’ai l’exposition sur le traversier. Je travaille aussi à la création d’Autres projets», souligne-t-elle.

Elle est à l’origine de l’installation éphémère sur les pentes de ski de Saint-Pacôme, avec des plastiques agricoles et pour la Chambre aux merveilles, une exposition destinée aux enfants.

Publicité

Commentez cet article