Publicité
21 septembre 2009 - 00:00

La famille Defoy aux commandes de l’Auberge du Portage depuis 40 ans

Notre-Dame-du-Portage • Il y a 40 ans, Ginette et Claude Defoy acquéraient l’Auberge du Portage, dont la construction remonte à 1903. Encore aujourd’hui, plus de 100 ans après sa construction et 40 ans après que la famille Defoy eut pris les rennes de ce site de villégiature haut de gamme, la renommée locale et provinciale de l’Auberge du Portage ne s’est jamais démentie.

L'histoire de l'Auberge du Portage, c'est d'abord l'histoire de gens désireux de perpétuer la vocation touristique de Notre-Dame-du-Portage. C'est aussi l'histoire d'une famille, celle des Defoy, puisque depuis 2004, Alexandre, fils de Ginette et Claude, est devenu l’un des copropriétaires de l’auberge de 46 chambres.

HISTOIRE
La construction du domaine débute en 1903. Dès 1930, la famille Boucher convertit cette résidence d'été en auberge. À cette même époque, elle possède également l’Hôtel Boucher de même que plusieurs résidences d’été aux alentours. En plus du tennis et de la pétanque, l’Auberge du Portage se démarque déjà pour la qualité de sa bonne table.


Alexandre et ses parent, Ginette et Claude Defoy, sur une photo prise il y a quelques années.

C'est vers 1915 que le village de Notre-Dame-du-Portage commence à attirer ses premiers touristes. Ce sont les bains de mer qui suscitent l’intérêt des bourgeois de l’époque et les berges du fleuve représentent un véritable paradis pour cette activité.
Après son acquisition en 1969, Ginette et Claude Defoy ont depuis apporté maintes modifications et ajouts au site déjà renommé. En 1971, l’on procédait à la construction de la piscine de l’Auberge. Entre 1971 et 1976, ont été construits 9 motels afin de servir adéquatement la clientèle toujours plus vaste. En 1982, des salles de bains complètes furent ajoutées à l’ensemble des chambres de l’Auberge.

En 1984, on procéda à la construction du premier Centre de santé au Canada (selon le journal La Presse), d’une terrasse et de deux belvédères panoramiques. Du sommet de ces derniers, il est possible d'admirer par temps clair l'espace compris entre Saint-Irénée-des-Éboulements (à l'ouest) et Les Escoumins (à l'est). Ainsi, l’Isle des Pèlerins (en face de Saint-André), l'Isle-aux-Lièvres et les Laurentides semblent à quelques mètres de distance.

Fait intéressant, c’est en 1993, à la suite de la parution d’un article dans le magazine National Geographic, que l’on attribue à Notre-Dame-du-Portage la 2e place au classement mondial des plus beaux couchers de soleil au monde. Depuis 1998, l’Auberge du Portage n’a cessé d’apporter diverses modifications, en construisant entre autres des sentiers pédestres et décorant et en agrandissant toutes les chambres.

Publicité

Commentez cet article