Publicité
5 août 2015 - 06:09 | Mis à jour : 09:33

De l’entraide entre entrepreneurs

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Rivière-du-Loup – L’entrepreneure en santé et sécurité au travail Christiane Plamondon a fait appel au service de mentorat de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, un an après la création de Conseillère SST, en 2009. «Avoir quelqu’un de neutre dans son entourage et qui comprend ce que c’est d’être entrepreneur, ça peut sauver une entreprise».

Elle estime que de pouvoir compter sur un conseiller indépendant, sous le couvert de l’anonymat, et qui croit en ses capacités est une forme d’entraide inestimable entre entrepreneurs. « Souvent on se sent seul dans notre bulle et c’est important de parler pour s’en sortir. Ce sont des nuits de sommeil qui sont récupérées parfois, juste en évacuant mes problèmes et en essayant de trouver des solutions avec quelqu’un », confie-t-elle.

DÉMARRAGE D’ENTREPRISE

Alors qu’elle était en recherche d’emploi en 2009, aucune entreprise n’offrait le poste idéal qui correspondait à sa personne. «On m’a conseillée de démarrer mon entreprise en services conseil en santé et sécurité au travail parce que j’en faisais déjà un peu de manière bénévole». Le Centre local de développement l’a aidée à mettre sur pied un plan d’affaires et à démarrer son entreprise. Son mentor de la Chambre de commerce l’a ensuite accompagnée. «Il y avait un besoin dans la région pour la santé et la sécurité au travail et j’ai décidé d’exploiter mes forces et mes talents. Je n’ai pas à entrer dans le cadre d’une autre entreprise et je travaille à la vitesse qui me convient», explique-t-elle.

En 2010, Christiane Plamondon a remporté le Prestige de la nouvelle entreprise remis par la Chambre de commerce de Rivière-du-Loup. Un an plus tard, elle recevait le Chrysalide de la Jeune Chambre de Rivière-du-Loup.

GESTION DE CROISSANCE

Christiane Plamondon a demandé le support d’un 2e mentor afin de gérer la forte croissance de son entreprise, en 2015. «Gérer de la croissance, c’est aussi dangereux que de manquer de clientèle. Rencontrer un mentor me permet de bien réfléchir et de structurer ma pensée. On fait le tour de la question quand je vis des difficultés.» Le mentor l’encadre et la dirige vers des objectifs, l’aide à viser des ressources è long terme et à se fixer des buts pour voir les difficultés sur son chemin à l’avance.

Elle souligne que le mentorat n’est pas seulement pour les entrepreneurs qui ont des problèmes, mais sert également à les éviter et trouver des solutions avant que la situation ne s’envenime. Un entrepreneur peut décider d’y avoir recours simplement pour être épaulé dans ses démarches.

Mère de trois enfants, Christiane Plamondon souhaite consolider l’équilibre qu’elle a atteint entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle tout en gérant la croissance de son entreprise avec l’aide de son mentor pour les mois à venir.

DOSSIER : Le mentorat, une vocation pour Bruno Gagnon

Un coup de pouce pour démarrer son entreprise

 

Publicité

Commentez cet article