Publicité
11 juin 2015 - 14:12

Seulement 1 entreprise québécoise sur 8 vend en ligne

Info Dimanche

Par Info Dimanche, web@infodimanche.com

Toutes les réactions 2

Rivière-du-Loup - Si près d’un Québécois sur deux est adepte du commerce électronique, il en est tout autrement pour les entreprises du Québec.

Une enquête du CEFRIO diffusée aujourd'hui révèle que seulement 12 % des entreprises des secteurs du commerce de détail, du commerce de gros, des services et du secteur manufacturier vendent leurs produits et services en ligne. 

« Alors qu’aujourd’hui tous types de produits et de services peuvent être achetés sur Internet, seule une entreprise sur huit vend en ligne. Les commerçants d’ici tardent à adopter le commerce électronique et ceux qui plongent sont peu nombreux à le faire à la fois de façon intensive et à vendre à l’extérieur du Québec, souligne Jacqueline Dubé, présidente-directrice générale du CEFRIO.

Ce qui est plus alarmant peut-être pour les secteurs ciblés par l’enquête est le fait que 45 % des entreprises actives en commerce électronique y ont investi moins de 10 000 $ et qu’elles ne prévoient pas investir davantage au cours de la prochaine année. »

«LAISSER LA PLACE AUX AMÉRICAINS»

« En occupant un espace moins important sur le Web, les détaillants québécois laissent place à la concurrence – principalement américaine – pour satisfaire la demande locale. Puisque le commerce électronique croît à un rythme plus soutenu que le commerce de détail dans son ensemble, les entreprises d’ici ont un retard important à récupérer, ce qui a un impact direct sur leur capacité à concurrencer et génère des pertes fiscales importantes pour le Québec » commente Raymond Bachand, président de l’Institut du Québec.

AVANTAGES

Les principaux avantages perçus par les entreprises actives en commerce électronique sont l’accroissement des ventes, l’augmentation du nombre de clients, l’élargissement géographique de la clientèle, la réduction du temps de commercialisation et la réduction des coûts. L’enquête aborde également les stratégies marketing utilisées par les cybercommerçants, ce qu’ils ont dû adapter à leurs pratiques pour vendre en ligne, les solutions qu’ils utilisent et les défis qu’ils cernent, et les formes d’aide qu’ils souhaiteraient recevoir.

Les résultats de l’enquête Indice du commerce électronique au Québec (ICEQ) - Volet Entreprises ont été dévoilés ce matin lors d’une conférence réunissant près de 150 participants au Musée McCord de Montréal, laquelle a également été webdiffusée.

Cette enquête unique a été réalisée auprès de 1 000 entreprises actives en commerce électronique et 200 qui sont inactives dans ce domaine. Les faits saillants permettent de dégager les grandes lignes des impacts du commerce électronique sur le rendement des entreprises ciblées. L’enquête aborde également les raisons pour lesquelles certaines entreprises ne vendent pas en ligne.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Nos entreprises du Québec accusent en effet un retard au niveau du commerce électronique. Il est de plus en plus facile de se lancer dans le commerce électronique de nos jours grâce aux solutions existantes.

    Nos entreprises doivent prendre conscience de ce retard, et travailler pour le rattraper sans quoi bon nombre d'entreprises sont appelées à disparaitre.

    Kathy Pellerin
    Bottin PME
    http://www.bottinpme.ca

    bottinpme - 2015-06-12 20:04
  • Trop souvent, en 2015, quand je recherche des informations sur des entreprises de la région pour les achats effectués dans le cadre de mon travail, le premier résultat des moteurs de recherche est l'entrée des pages jaunes, signe précis à 99% que celles-ci n'ont même pas encore de site web. Alors imaginez pour la vente en ligne.

    RDL - 2015-06-12 08:44