Publicité
11 juin 2012 - 20:39

Les États généraux sur la souveraineté s'arrêtent à Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 15
Rivière-du-Loup – Près de 150 personnes se sont déplacées à l’Hôtel Universel pour participer aux États généraux sur la souveraineté du Québec le dimanche 10 juin.

Dès le début de la rencontre, l’enthousiasme était palpable chez tous les participants qui venaient de la région du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie.

L’utilisation des réseaux sociaux a contribué à rejoindre plus de gens de toutes les origines afin de les convier à cette consultation organisée par l’ancien député bloquiste Paul Crête.


L'ancien député bloquiste, Paul Crête.

Photo : Andréanne Lebel

Plusieurs blocages au Québec ont été soulevés et expliqués lors de cette rencontre. On compte, entre autres, un blocage identitaire. Michelle Bussières, commissaire de ces États généraux et qui œuvre en tant que membre du Barreau du Québec a affirmé que le Québec compte 79,1 % de francophones.

Cette proportion diminue à 49 % sur l’île de Montréal. De plus, 75 % de la population se définit comme étant Québécois avant d’être Canadiens.


Photo : Andréanne Lebel


Ensuite, les blocages au niveau économique ont été expliqués par Renaud Lapierre, actuellement président de Véridis environnement inc. Selon lui, le Québec perd beaucoup d’avantages fiscaux puisque l’économie se déplace vers l’Ouest en raison de l’exploitation des sables bitumineux en Alberta.

De plus, les citoyens ne se reconnaissent plus à l’intérieur du Canada en raison de son récent changement de position concernant le protocole de Kyoto. D’autre points ont été soulevés, comme  l’absence du Québec lors des consultations internationales, le blocage constitutionnel, la gestion fiscale de la province par le gouvernement fédéral et l’adoption de la loi C-38, qui déstructure le programme d’assurance chômage qui est de juridiction fédérale.

Selon Bruno Jean, directeur de la Chaire de recherche du Canada en développement rural,  la région du Bas-St-Laurent est en mutation et 20 000 emplois ont été créés depuis les 20 dernières années. Afin de compléter la diversification économique de la région afin qu’elle soit dynamique, ce sont 18 000 emplois qui devront être créés d’ici 2015.

Plusieurs citoyens ont déposé des mémoires et ont fait valoir leur point de vue devant l’assemblée. Les participants ont aussi pu bénéficier d’une prestation musicale de deux artistes engagés de la région, soit Alexandre Belliard et Marc Bélanger.


Plusieurs citoyens, comme Anacha Rousseau, ont fait valoir leur point de vue devant l’assemblée.

Photo : Andréanne Lebel

Ce sont finalement 28 délégués du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie qui se rendront à la grande assemblée qui aura lieu à Québec le 29 septembre prochain pour représenter la région.

Pour plus d’informations : http://etats-generaux-quebec.org/


Publicité