Publicité
28 août 2009 - 15:49

Zones d’accès public sans-fil à Internet dans toute la région d'ici trois ans

Toutes les réactions 1

Rimouski – D’ici trois ans, à l’initiative de l’organisme Z.A.P. Bas-Saint-Laurent, la région du Bas-Saint-Laurent deviendra la première au Québec à compter des zones d’accès public (ZAP) sans-fil à Internet sur l’ensemble du territoire. À terme, Z.A.P. Bas-Saint-Laurent compte desservir les huit MRC bas-laurentiennes, ce qui représente un potentiel de 116 municipalités locales.

Depuis janvier 2009, Z.A.P. Bas-Saint-Laurent, organisation à but non lucratif gérée par des bénévoles, élabore une stratégie visant à doter la région de zones d’accès sans-fil gratuites à Internet, dans des lieux publics ou de passage. Cette initiative plaira notamment aux gens d’affaires, aux professionnels, aux étudiants et aux touristes en séjour dans la région, ainsi qu’à la population locale désireuse d’accéder à Internet dans divers lieux publics comme, entre autres, des restaurants, des salles d’attente, des cabinets professionnels, des bibliothèques, des arénas, des centres de plein air, des maisons d’enseignement, des campings, des parcs et des établissements municipaux.

Le modèle expérimenté au Bas-Saint-Laurent s’inspire de ceux développés notamment à Sherbrooke, Québec et à Montréal. L’initiative bas-laurentienne a ceci de particulier qu’elle ne touche pas qu’une agglomération, mais une région entière. Le projet constituera ainsi une innovation au Québec. Il constitue un défi en raison des paramètres de réalisation : étendue du territoire, nombre de zones d’accès public potentielles, recrutement des établissements susceptibles d’accueillir une zone d’accès public, installation et configuration des équipements technologiques, et promotion auprès des clientèles utilisatrices cibles.

L’organisme Z.A.P. Bas-Saint-Laurent a développé deux approches d’accès sans-fil à Internet en tenant compte de la réalité territoriale. En milieu rural, les zones d’accès public seraient idéalement situées dans les édifices municipaux. Dans les localités comptant plus de 4 000 ou 5 000 résidants, les établissements hôtes d’une ZAP seraient plutôt des commerces, des institutions et des intervenants touristiques désirant offrir un service à valeur ajoutée à leurs clients.

À ce jour, près de 1 000 établissements ZAP potentiels ont été identifiés dans les huit MRC du Bas-Saint-Laurent. Les démarches de sensibilisation, d’information et de recrutement en prévision de l’installation des zones d’accès public s’amorceront graduellement durant l’automne.

Phases pilotes en cours

Depuis le mois de juin, huit sites ont été désignés pour la réalisation de la première phase pilote de déploiement des zones d’accès public sans-fil à Internet : une à Matane, six à Rimouski et une à Trois-Pistoles. L’objectif est de vérifier la faisabilité technique du projet. Cette étape facilite l’évaluation et la sélection des routeurs sans-fil les plus performants selon les milieux et les besoins, le perfectionnement des logiciels de transition et de sécurité, le raffinement des procédures d’accès et l’intégration des systèmes aux équipements des établissements ZAP sélectionnés. Cette phase prendra fin sous peu.

La seconde phase pilote s’échelonnera jusqu’en octobre. Elle permettra de roder les systèmes élaborés, d’identifier et de former les partenaires installateurs dans les diverses MRC, de recruter les établissements ZAP potentiels, de raffiner les paramètres de sécurité des zones d’accès public, et d’éprouver le processus d’affaires de l’organisme Z.A.P. Bas-Saint-Laurent. Bref, rien ne sera lancé à grande échelle tant que tous les aspects du projet n’auront pas été soigneusement mesurés.

Un service gratuit pour les utilisateurs

La finalité de Z.A.P. Bas-Saint-Laurent est d’instaurer des zones d’accès public sans-fil à Internet dont l’usage sera gratuit pour les utilisateurs. L’organisme prévoit atteindre l’autofinancement au cours des deux prochaines années grâce à l’adhésion des établissements ZAP. De fait, pour devenir une zone d’accès public, chaque commerce ou organisme sera appelé à défrayer les coûts d’installation et de sécurisation d’un routeur sans-fil et à verser une cotisation annuelle selon des modalités à préciser. C’est ce qui permettra aux utilisateurs d’avoir accès à Internet gratuitement dans différents lieux publics.

Une offre à valeur ajoutée pour les établissements et les utilisateurs

Le principe à la base de la création de Z.A.P. Bas-Saint-Laurent est simple. L’organisme souhaite démocratiser l’accès sans-fil à Internet en incitant les commerces, organismes ou municipalités à mettre leur propre accès Internet à la disposition de leurs clients, donc en utilisant les infrastructures existantes dans chaque MRC.

Ainsi, Z.A.P. Bas-Saint-Laurent ne se substitue pas aux fournisseurs d’accès Internet traditionnels. Au contraire, elle favorisera l’adhésion des entreprises aux services des fournisseurs d’accès, en bonifiant la disponibilité sans-fil d’Internet dans la région, en fonction de standards élevés d’installation et de sécurité.

L’offre de services de Z.A.P. Bas-Saint-Laurent inclura notamment la promotion de l’accès à Internet, un référencement privilégié des établissements ZAP sur la Toile, une installation effectuée par des professionnels, une gestion rigoureuse du rayonnement de chaque routeur sans-fil, des solutions sécurisées adaptées à chaque établissement ZAP, le soutien d’un centre d’appel pour les utilisateurs et les établissements ZAP, un service direct sur site en cas de défectuosité et une procédure d’authentification facilitant la traçabilité des sessions des utilisateurs.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Qu'ils commencent à l'offrir à toute la population en région rurale avant.

    Sim - 2009-08-28 18:46