Publicité
21 avril 2009 - 15:48

Une formation unique à la Maison familiale rurale du KRTB

Nicolas Ouellet

Par Nicolas Ouellet, journaliste

Twitter Nicolas Ouellet

Saint-Clément - La Maison familiale rurale du KRTB, située à Saint-Clément, accueille déjà depuis le 23 mars, 11 élèves et 3 enseignants, véritables pionniers de ce nouveau mode d’éducation, qui consiste en une alternance stage – études personnalisée.

Ces étudiants sont à l’oeuvre dans une variété de domaines, dont la production laitière, bovine et acéricole. On compte aussi un étudiant en débosselage et un autre en mécanique agricole.

Éligibles dès le secondaire 3, ces élèves sont deux semaines sur le terrain, chez leur maître de stage, généralement une entreprise de la région, pour ensuite revenir en classe pour un autre deux semaines, afin de compléter leur scolarisation générale.

En réussissant l’ensemble des matières prévue au programme de la MFR au bout d’un an et demi, les étudiants recevront à la fois un Diplôme d’études secondaires (DES) et un Diplôme d’études professionnelles (DEP). Présentement, leur salle de classe est la Salle des loisirs de Saint-Clément et les 11 étudiants résident chez des familles d’accueil du village. Mais dès le mois de juin, tout juste avant la fin des classes, on espère avoir terminé les rénovations du presbytère, estimées à près de 200 000 $, afin de loger ces 11 étudiants. Comme son nom l’indique, l’une des caractéristiques majeures de la Maison familiale rurale est de faire cohabiter les étudiants dans un lieu commun.

Pendant les semaines de cours, ils résident, prennent leurs repas et dorment sous un même toit. Ils partagent également loisirs et responsabilités, comme le ménage et la vaisselle, tout ça sous la supervision d’une équipe d’employés, allant des cuisiniers aux surveillants pour la nuit.

« Moi j’habite Sainte-Rita, c’est tout près d’ici et je voulais compléter mon DEP en production laitière. Avec deux semaines d’étude et deux semaines de stage, on n’a pas le temps de s’écoeurer de l’école », mentionne Sabrina Sénéchal, l’une des 11 élèves de la première cohorte. Car outre l’alternance stage – études, le projet veut également combattre le décrochage en incitant les jeunes à compléter leurs études et obtenir leur diplôme. Quoi de mieux pour le faire qu’un environnement d’étude complètement différent du cadre traditionnel? « C’est super motivant. Pour raccrocher les jeunes à un métier et leur donner un diplôme, la MFR pour moi, c’est fantastique » révèle l’enseignant Philippe White, qui oeuvre à Saint-Clément.


C’est dans le presbytère de Saint-Clément, qui sera rénové pour une somme de 200 000$, que les étudiants de la MFR du KRTB auront la chance de loger et suivre leurs cours, dès le mois de juin.
Photo : Nicolas Ouellet

« Implanter et ouvrir des options professionnelles dans un milieu rural comme Saint-Clément, qui compte 550 habitants, si ce n’est pas unique, c’est à tout le moins très innovateur », mentionne pour sa part le président de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, Guilmond Pelletier. La commission scolaire défraie notamment tous les coûts rattachés à la scolarisation des élèves, un investissement de 60 000$. L’implantation de la MFR du KRTB nécessitera une somme de 308 000$. Des dons totalisant 193 000 $ ont déjà été confirmés de la part de plusieurs partenaires.

COMMENT S’INSCRIRE
Le mouvement des MFR est né en France en 1935. Implanté en province depuis 10 ans, on compte actuellement cinq MFR au Québec et deux autres ouvriront leurs portes prochainement. La MFR du KRTB de Saint-Clément attend d’ailleurs 8 nouveaux étudiants dès le mois de septembre, ce qui portera leur nombre à 19, avant même la fin de la première année d’opération! La capacité de la MFR est de 48 étudiants, soit deux cohortes de 24 étudiants chacune. Les inscriptions sont à entrée continue, donc tous les jeunes de 15 à 18 ans qui veulent s’inscrire sont invités à le faire en tout temps auprès de Sophie Beaulieu à la Commission scolaire du Fleuves-et-des-Lacs au 418 851-3123 ou au beaulieus@scfl.qc.ca.

Publicité

Commentez cet article