Publicité
24 mai 2018 - 15:29

Début de l’inventaire archéologique des moulins du Porc-Pic

Jusqu’au 15 juin, l’École de fouilles archéologiques de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) procèdera à un premier inventaire des vestiges trouvés le long de la rivière Porc-Pic à Saint-Simon. Des activités d’information et de sensibilisation à l’archéologie se dérouleront de jour, sept jours sur sept, tout au long du projet d’inventaire. La population est invitée à rencontrer les étudiants sur place.

L’automne dernier, la MRC des Basques, en collaboration avec la Municipalité de Saint-Simon et ses citoyens, procédait à l’érection d’une plate-forme de pique-nique face à la chute du Porc-Pic située à proximité du Sentier national et de la Route verte. La découverte de vestiges et d’artefacts sur les lieux a mené un couple de chercheurs bénévoles de Saint-Simon à fouiller les archives locales et régionales afin d’approfondir les connaissances historiques sur ce secteur. L’histoire nous informe qu’au moins deux moulins ont été érigés en 1845 à la chute de la rivière Porc-Pic.

Afin d’en savoir toujours plus, la MRC des Basques et le Laboratoire d’archéologie en patrimoine de l’UQAR ont mis de l’avant un projet d’inventaire archéologique, en collaboration avec la Municipalité de Saint-Simon et l’Entente de développement culturel de la MRC et du ministère de la Culture et des Communications. Le projet d’inventaire est évalué à plus de 16 000 $.

En plus de contribuer à la formation d’étudiants et à l’animation du site, ce premier travail d’inventaire a pour objectifs de délimiter le site archéologique, d’évaluer son potentiel archéologique et son état de préservation, de confirmer la nature et la fonction des vestiges, de confirmer leur datation et d’évaluer le potentiel de mise en valeur du lieu.

Une première activité de mise en valeur du site se fera sur place du 25 mai au 15 juin de 9 h 30 à 16 h. Des étudiants accueilleront les visiteurs pour leur présenter les connaissances historiques relatives aux moulins, les renseigner sur le déroulement des travaux et les éveiller à l’intérêt de la ressource archéologique. La MRC tient de plus à rappeler à la population qu’il est interdit par la Loi sur le patrimoine culturel d’effectuer des fouilles archéologiques sans permis de même que de prélever des biens d’un site archéologique.

Publicité

Commentez cet article