Publicité
3 mai 2018 - 06:02

La saison des sucres 2018 : catastrophique !

Hugues Albert

Par Hugues Albert, Journaliste

Toutes les réactions 11

La saison des sucres cette année est à toutes fins utiles terminée pour plusieurs acériculteurs de la région. Dans la réalité, y en a-t-il eu une ? C’est la question que plusieurs doivent se poser au terme de ce passage à vide qui a entrainé son lot de frustration.

Si on peut y aller d’une comparaison, la saison 2018 ressemble beaucoup à celle de 2007, laquelle avait été bien piètre, analyse la présidente du Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent/Gaspésie, Sylvie Laliberté.

«Je ne sais pas si nous allons avoir une moyenne de deux livres de sirop à l’entaille au Bas-Saint-Laurent quand nous avons enregistré une moyenne de 3,8 livres l’an dernier», déplore-t-elle. Et les perspectives de revenus ne sont guère réjouissantes pour l’ensemble avec un maigre 15 millions de livres livrés à la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) versus 35 millions l’an dernier.

La saison 2018 des sucres passera à l’histoire pour son piètre bilan, tout à fait à l’opposé de la saison 2017 qui en fut une de tous les records. «Plusieurs producteurs vont cogner à la porte de la Financière agricole pour être indemnisés et nous risquons d’avoir un classement de sirop industriel qui n’est pas payé tout de suite. Si je regarde de mon côté, notre érablière avait produit entre 4,2 et 4,3 livres à l’entaille en 2017. Cette année, ça va ressembler à 1,5 lb. Ceux qui vont performer le plus en région vont atteindre les 2 livres !»

La température en cette saison 2018 n’a pas été favorable du tout. Le froid constant des dernières semaines de mars et des premières d’avril a fait en sorte que les acériculteurs n’ont pu commencer à produire du sirop que très tardivement, soit vers les 17 ou 18 avril, ajoute la présidente du syndicat, estimant qu’en aucun temps la météo n’a été du côté des producteurs.

La fin de semaine des 21 et 22 avril, le thermomètre est monté à plus de 16 degrés, mais ce temps trop clément se maintenait la nuit quand il aurait dû redescendre sous zéro.

Autre facteur considérable dans le cours normal d’une saison des sucres, plus la saison avance et plus le goût de la sève change. Il est donc préférable que les coulées de sève arrivent au moment opportun, ce qui n’a pas été le cas cette année. La saison des sucres est terminée quand les bourgeons éclosent.

«Nous faisons d’habitude notre sirop fin mars, ce jusque vers la troisième semaine d’avril. Cette année, ça a été gelé dur trop longtemps et la base des arbres était prise dans la glace.»

Ce début de saison tardif n’aura toutefois pas d’impact sur les ventes d’acériculteurs déjà bien établis, car ils ont accès depuis 2009 à un programme d’assurance-récolte de la Financière agricole du Québec. Les nouveaux producteurs sont les plus vulnérables en raison de leur faible contingent et de leur absence de stock de réserve. Sylvie Laliberté incite ceux-ci à communiquer avec la FPAQ, afin de la sensibiliser à leur réalité et d’amorcer une réflexion pour trouver des solutions.

«Nous aurons une rencontre du conseil d’administration du syndicat régional le 11 mai prochain et les sujets de discussion ne manqueront pas !»

Sylvie Laliberté conclut sur ces mots : «Tu peux avoir les équipements les plus sophistiqués qui soient en acériculture, si Dame Nature n’est pas de ton côté une saison donnée, tu ne pourras faire de miracle !» Comme ça a été le cas cette année.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

11 réactionsCommentaire(s)
  • Je ne suis pas acériculteur, cependant je comprends le principe de réclamer une indemnité à l'assureur à qui, j'imagine, il y a eu par les années passées des primes de payées. C'est simplement de la seine gestion de risques. Aux frustrés qui croyez à tord qu'ils abusent du système, rien ne vous empêche de démarrer votre entreprise avec les risques que ça comportes...

    aL - 2018-05-04 09:38
  • C’est toi Pierre qui ne comprend pas une assurance c’est privé une assurance récolte c’est déficitaire et c’est le monde qui paie pour ça.une cie d’assurance au privé sa charge les primes nécessaires à équilibrer leur budget. Je suis pour l’assurance récolte pour les produits essentiels pas pour un produit de luxe. Va voir les chiffres de l’assurance récolte après tu parleras en connaissances de cause.

    Realiste - 2018-05-04 09:07
  • Le ton de Réaliste sonne la jalousie... probablement quelqu'un qui a demandé un nananne pour sa business au gouvernement et qui ne l'a pas eu. Évidemment, si il n'en a pas eu, personne ne doit en avoir...

    Steph - 2018-05-04 08:46
  • Je me demande pourquoi les commentaires que je lis ici sont aussi ''dégueulasse''.
    Aux anonymes réaliste, décourageant, Frank, les acériculteurs s'en sont t'ils pris à vous? Ils seulement fait un bilan négatif de leur année. Ils n'ont pas été chialer après vous.

    René Lapointe - 2018-05-04 06:16
  • C'est merveilleux de vous voir aller, le peuple : Vous semblez vous dire « je ne connais rien, je mélange tout mais j'ai le droit de m'exprimer quand même » et vive la liberté d'expression! Qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans le mot ASSURANCE au juste? Votre voisin passe au feu, il est assuré, il est remboursé, alors vous vous dites « c'est pas juste ça, moi je ne suis pas assuré et si je passe au feu je n'aurai rien » ... C'est ça une ASSURANCE! Il y en a de toutes sortes : auto, vie, incendie, chomage et RÉCOLTES.

    Pierre T-P - 2018-05-04 03:27
  • Compare pas un agriculteur avec un acericulteur car j’ai bien dit que le lait est essentiel et comme mesure il pourrait acheter moins de vtt pelle mécanique camion neuf etc.cest rendu deS châteaux des sucres franchement c’est pas au contribuable à payer vraiment pas.

    Realiste - 2018-05-03 15:16
  • Manque d'informations ici... Continuez à vous gonfler le torse et dire n'importe quoi!!! C'est gérer par des voleurs qui ne connaissent rien eux non plus...

    Ouf - 2018-05-03 14:53
  • @Realiste

    Quand votre commerce traverse une mauvaise passe vous pouvez tenter de prendre des mesures pour en atténuer les effets. Genre promotions, publicités, réductions de dépenses.
    Pour un acériculteur ou un cultivateur quand la nature ne coopère pas il n'y a rien qu'ils peuvent faire pour contrer ça. C'est pour ça qu'ils ont des assurances récolte.

    Claude - 2018-05-03 14:32
  • Parfaitement d'accord avec vous "réaliste ". La seule assurance que nous avons les commercants c'est de travailler 7/7...

    Frank - 2018-05-03 11:56
  • Tu m’enlèves l’es mot de la bouche réaliste et avant les élections nos courageux libéraux vont donner des millions en aide à des gens qui font vraiment vraiment pas pitié.

    Décourageant - 2018-05-03 11:55
  • Je suis de tout cœur avec eux ce que j’aime moins c’est que là ils vont demander de l’aide. Moi je suis en affaire et sa va pas toujours bien mais on s’arrange seul et pourtant nous travaillons pas moins fort au contraire mon commerce fonctionne 6 jours par semaine et à l’année. Du sirop c’est pas un produit essentiel comme le lait alors lorsqu’il font beaucoup d’argent super et quand ils en font moins ils devraient s’organiser c’est ça être en affaire.

    Réaliste - 2018-05-03 06:42