Publicité
9 avril 2018 - 06:54

Le CHSLD de Chauffailles prend forme

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Moins d’un an après la pelletée de terre officielle, les progrès ont été importants sur le chantier du nouveau CHSLD de Chauffailles. Jusqu’à présent, le projet qui prend forme sur la rue du même nom est d’ailleurs synonyme de réussite, puisque l’échéancier et les budgets seraient tous les deux respectés. 

Une visite organisée conjointement par le CISSS du Bas-Saint-Laurent et Jean D’Amour, le vendredi 6 avril, a illustré concrètement à quel point les travaux avancent. Des propres mots du député-ministre, ils seraient achevés à 75 %. 

«Les nouvelles sont très bonnes pour le CHSLD de Chauffailles. En principe, le bâtiment devrait être terminé en aout. Progressivement, le déménagement des résidents sera effectué. Entre octobre et novembre, toutes les chambres devraient être occupées», s’est-il réjoui. 

Le nouveau CHSLD, un investissement de 25,6 millions de dollars, comprendra 72 lits, toutes des chambres privées. Cependant 60 chambres auront une salle de toilette commune pour deux lits comme c’est la norme dans ces établissements, les 12 autres chambres bénéficieront de leur propre toilette afin de prévenir les infections. 

Un corridor sera également aménagé entre le nouveau CHSLD et le Centre hospitalier régional du Grand-Portage afin de permettre une meilleure circulation entre les deux établissements. Le nouvel édifice aura une superficie brute de 5 801 mètres carrés, répartie sur trois niveaux.

«Comme nous avons pu en prendre acte, beaucoup de travaux ont été accomplis et c’est le résultat d’investissements extrêmement importants du gouvernement. Les grands gagnants dans tout cela, c’est la population louperivoise, les résidents de Saint-Antonin et ceux de Saint-Joseph qui y aménageront bientôt», a partagé la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo.

Présente lors de la visite, la présidente du comité des usagers, Marielle Raymond, était elle aussi visiblement heureuse de constater l’avancement des travaux. Elle a également été séduite par la vue sur le fleuve offerte par plusieurs pièces du CHSLD. «Ce sera intéressant pour les personnes âgées de vivre ici. Nous voyons déjà que ce sera un bel endroit. Elles méritent bien cela», a-t-elle lancé. 

Rappelons que le CHSLD de Chauffailles n’offrira pas de nouvelles places d’hébergement. Il permettra de rapatrier les 38 lits de l’actuel Centre d’hébergement Saint-Antonin, qui se verra éventuellement attribuer une nouvelle vocation. Quelque 34 autres résidents proviendront du Centre d’hébergement Saint-Joseph qui, en diminuant ainsi son nombre de lits, pourra offrir davantage de chambres individuelles et rendre ses locaux plus fonctionnels. 

SAINT-JOSEPH

Le Centre d’hébergement Saint-Joseph est justement un endroit qui aura besoin d’amour rapidement. Questionnés à savoir si des travaux étaient prévus de ce côté, Isabelle Malo et Jean D’Amour n’ont pas manqué de répondre à l’affirmative. 

«Ce qu’on fait actuellement, c’est regarder les scénarios avec le ministère de la Santé et des Services sociaux. Il y a actuellement deux scénarios sur la table : on rénove ou bien on y va avec une construction neuve. Aucune décision n’a été prise actuellement, puisque c’est prématuré», a déclaré Mme Malo. «J’ai confiance qu’au cours des prochains mois, on va trouver une solution définitive. On s’était engagé comme organisation à prévoir une nouvelle séquence [de travaux] après celle ici au CHSLD. Nous sommes là-dedans.»

«Il faut savoir que Saint-Joseph est d’une autre époque. Ce qu’on sait, c’est que le projet va nécessiter un investissement important et il faut tout analyser : l’aspect financier, l’aspect fonctionnalité, et l’aspect sécurité pour les résidents. Nous avons le devoir de prendre la bonne décision», a ajouté Jean D’Amour. 

Rénovations ou construction neuve, l’objectif du CISSS du Bas-Saint-Laurent d’y loger entre 72 et 75 lits n’a pas changé, a-t-on affirmé. 

 

Publicité

Commentez cet article