Publicité
7 avril 2018 - 15:03

La Coop fédérée accueille favorablement la nouvelle politique bioalimentaire

La Coop fédérée accueille favorablement la nouvelle politique bioalimentaire du gouvernement du Québec, dévoilée aujourd'hui par le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Laurent Lessard.

«Sur le plan de la vision et des objectifs stratégiques, la politique bioalimentaire témoigne d'un souci de travailler avec le milieu pour relever les défis du secteur bioalimentaire ; défis que La Coop fédérée avait déjà soulevés lors des nombreuses consultations des années précédentes», indique le président de La Coop fédérée, Ghislain Gervais. «De plus, l'ajout de sommes supplémentaires destinées à la politique bioalimentaire annoncées lors du dernier budget provincial démontre une volonté de la voir se concrétiser.»

Une formidable diversification

Le secteur bioalimentaire, de l'industrie de la transformation à la distribution en passant par la restauration et la production dans les entreprises agricoles, se diversifie à un rythme soutenu, en phase avec les attentes des consommateurs.

Aujourd'hui, notre défi est de répondre à ces attentes tout en conservant les éléments fondamentaux qui ont fait le succès du Québec bioalimentaire actuel. Sur cette question, la nouvelle politique bioalimentaire reconnaît l'importance de maintenir l'approche collective, mais aussi l'émergence de chaînes de valeurs multiples pour répondre aux besoins variés des consommateurs.

«L'agriculture est une activité humaine qui a besoin de cohérence pour s'épanouir et se développer de façon responsable. Depuis presque 100 ans, le mouvement coopératif contribue au développement et aux succès du secteur bioalimentaire du Québec. En tant que chef de file de cette industrie, La Coop fédérée entend poursuivre son important travail en matière d'approvisionnement et de mise en marché des produits agricoles, d'occupation du territoire, de main-d'œuvre, de relève, d'innovation et de recherche et développement, et contribuer à l'atteinte des cibles énoncées dans la nouvelle politique bioalimentaire», souligne son président Ghislain Gervais.

La nouvelle politique bioalimentaire ouvre des horizons prometteurs en ce qui a trait aux attentes des diverses parties prenantes du secteur. 

Par ailleurs, La Coop fédérée souhaite que les débats entourant la nouvelle politique bioalimentaire dépassent le cadre des élections provinciales à venir.  Pour qu'elle soit pérenne, tous les partis politiques du Québec devraient s'approprier les orientations contenues dans cette politique qui résulte de nombreuses consultations antérieures et s'engager à sa mise en œuvre.

«La nouvelle politique représente un pas dans la bonne direction. L'importance de l'industrie bioalimentaire québécoise, qui contribue à hauteur de 25,4 milliards de dollars à l'économie du Québec et qui génère plus de 500 000 emplois, mérite largement l'attention que le gouvernement lui accorde aujourd'hui», conclut Ghislain Gervais.

À propos de La Coop fédérée

Fondée en 1922, La Coop fédérée est la plus importante entreprise agroalimentaire au Québec, la seule coopérative agricole pancanadienne et la 24e plus importante coopérative agroalimentaire au monde. Elle représente plus de 120 000 membres, producteurs agricoles et consommateurs regroupés dans près de 70 coopératives réparties dans plusieurs provinces canadiennes. Elle emploie plus de 13 000 personnes et son chiffre d'affaires s'élève à 6,3 milliards de dollars.

En incluant ses coopératives affiliées, La Coop fédérée compte près de 18 000 employés et un chiffre d'affaires combiné de 9,2 milliards de dollars. Ses activités se séparent en trois divisions : Olymel S.E.C. (sous les bannières Olymel, Flamingo et Lafleur), la Division agricole (sous les bannières La Coop et Elite, Agrocentre, Agrico et Agromart) et Groupe BMR inc. (sous les bannières BMR, Unimat, Agrizone et Potvin & Bouchard). Pour en savoir plus, visitez le www.lacoop.coop. 

 

Publicité

Commentez cet article