Publicité
8 mars 2018 - 14:27 | Mis à jour : 9 mars 2018 - 08:41

Centre sportif Phil-Latulippe : la coalition garde son plan de match

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 14

Les membres de la coalition pour une glace artificielle au Centre sportif Phil-Latulippe à Témiscouata-sur-le-Lac, une trentaine de personnes, n’abandonnent pas. Ils sont revenus à la charge le 8 mars pour demander un projet qui respecte les besoins des utilisateurs.

Rappelons que le 5 mars dernier, la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac a mis un terme à sa collaboration avec la coalition. Denis Blais, conseiller municipal faisant partie du comité de travail, avait alors mentionné ceci : «la coalition ne travaille pas comme partenaire, elle a fait un bris d’engagement. Nous sommes déçus des attaques de la coalition qui effectue de la désinformation. Nos travaux avec elle sont terminés, la coalition n’a qu’elle à blâmer.»

Dans un premier temps, les porte-paroles de la coalition (Sylvie Bégin, Véronique Moreau, Jacques Charest et Alain Dugas) ont dressé un portrait de leurs relations avec la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac depuis le 15 janvier dernier, date à laquelle ils avaient effectué leur première intervention dans ce dossier. «Le premier bris d’engagement, c’est la Ville qui l’a fait envers les citoyens en mentionnant qu’il n’y avait plus de glace artificielle comme prévu. La Ville a décidé elle-seule d’aller sur une écoglace», a rappelé Alain Dugas. Celui-ci a également noté que la coalition ne s’était jamais engagée envers la Ville de ne pas parler de ses démarches et du projet à la population par l’entremise des médias.

«La Ville prétend qu’elle voulait collaborer avec la coalition, mais qu’en était-il lorsque des représentants de la coalition ne pouvaient même pas obtenir une photocopie du plan du futur Centre sportif, mais devaient plutôt les calquer en présence d’un employé de la Ville?», a-t-on mentionné.

PROJET DE LA VILLE

Au début du mois de février, la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac a consenti de reconstruire le Centre sportif Phil-Latulippe avec une glace artificielle de 200 par 85 pieds, soit la demande principale de la coalition, dans un bâtiment qui comprendrait aussi quatre chambres de joueurs. La deuxième partie du projet déposée au Programme de soutien aux installations sportives et récréatives du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur prévoit la construction de deux autres chambres de joueurs, d’une salle de classe, d’une salle intergénérationnelle et d’un hall d’entrée. La Ville est restée sur ses positions, le projet demeure avec les deux phases présentées précédemment.

Le règlement d’assurance pour le Centre sportif Phil-Latulippe est de 3,6 millions de dollars. La Ville voulait un projet global de reconstruction d’environ 6 M$. La réalisation de la bâtisse de la première phase avec la glace artificielle est estimée à 5,6 M$. La deuxième phase est évaluée à 1,3 M$, qui serait subventionnée à 50 %, pour un cout global de 6,9 M$ avant l’aide financière et de 6 250 000 $ en soustrayant la subvention.

PROJET DE LA COALITION

La coalition est revenue à la charge encore une fois pour obtenir dès maintenant six chambres de joueurs, un hall d’entrée, des espaces de rangement et une salle de classe. «Nous avons toujours parlé d’un projet réaliste, pouvant couter environ 6,2 millions de dollars», a souligné M. Dugas. Le projet proposé par la coalition comprendrait tout ce qu’il y avait dans l’ancien aréna avec en plus une glace artificielle et deux chambres de joueurs (six au total). C’est la salle intergénérationnelle qui ne serait pas sur les plans de la coalition. Il y a aussi la dimension des chambres de joueurs qui fait défaut selon la coalition. La Ville propose 204 pieds carrés (14 par 14.5 pieds) pour chaque chambre alors que la coalition demande 320 pieds carrés pour qu’une douzaine de joueurs avec leurs poches de hockey puissent y avoir accès facilement.

ARÉNA JACQUES-DUDÉ

Dans une ville où la population vient de baisser sous les 5 000 habitants, comment peut-on justifier deux arénas? À cette question, Alain Dugas a répondu : «quand le Centre sportif Phil-Latulippe s’est effondré, on aurait pu regarder tout cela dans son ensemble. On ne touche pas à l’autre projet, c’est canné, disait la Ville. Aujourd’hui cependant, les arénas se construisent près des écoles en raison de la popularité du hockey scolaire.» Selon les membres de la coalition, le Centre sportif Phil-Latulippe, même avec une glace naturelle, était presque autant utilisé que l’Aréna Jacques-Dubé.

Les membres de la coalition questionnent d’ailleurs le projet du prochain Centre communautaire et d’évènements qui sera rattaché à l’aréna Jacques-Dubé dans le quartier Notre-Dame-du-Lac. «Est-ce que cette salle sera viable financièrement? Est-ce que des études ont été effectuées pour démontrer la rentabilité de cette salle dont les couts de construction seraient évalués à plus de 5,6 millions de dollars selon les chiffres recueillis? D’ailleurs cette somme avoisine celle nécessaire pour reconstruire le Centre sportif Phil-Latulippe», souligne la coalition.

COLLABORATION?

La coalition maintient donc le cap, elle veut que le prochain Centre sportif Phil-Latulippe soit fonctionnel. «Nous sommes encore prêts à travailler en comité conjoint et de bonne foi. Nous sommes également disposés à faire une recherche de partenaires», a indiqué Jacques Charest. Celui-ci a identifié la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs comme partenaire potentiel même si ses dirigeants avaient été clairs à l’effet que seulement de la location de glace pouvait être envisagée. M. Charest n’a d’ailleurs pas rencontré les responsables de la Commission scolaire à cet effet. En fait, la coalition n’a réalisé jusqu’à maintenant aucun contact pour des partenariats ou des commandites. «C’est difficile de rencontrer des gens sans avoir le vrai cout du projet», a mentionné Alain Dugas. La coalition reproche la même chose aux élus municipaux : «la Ville n’a pas vraiment fait de démarches en ce sens, et ce, depuis l’écroulement de l’aréna il y a bientôt un an.»

GILLES GARON

Présent à une conférence de presse du ministre Jean D’Amour à Cacouna au même moment, le maire Gilles Garon a indiqué ce qui suit : «Si ce matin ils refont la même demande, c’est eux-autres qui gèrent leurs affaires. Sauf que nous autres on veut travailler dans un climat pour faire avancer les choses, le conseil va prendre sa responsabilité et on va aller avec la phase 1. La phase 2 a été déposée, ça va remplir grosso-modo les demandes qui nous ont été faites. (…) Faut que les gens de la coalition comprennent qu’il y a d’autres demandes. À l’intérieur de la coalition il y a des gens que ça fait longtemps qu’ils ont patiné, je ne sais pas s’ils ont le gout de patiner. Sauf que la seule chose qui les mène, c’est de vouloir animer une petite guerre de clochers, ça c’est malheureux. Parce que lorsque l’on a fait le regroupement il y a dix ans passés, les deux conseils municipaux ensemble, on l’a fait sur un geste de préparation de l’avenir pour que l’on soit capable de préparer notre relève, avoir des nouvelles familles et des entreprises, et non pas faire de la chicane.»

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

14 réactionsCommentaire(s)
  • Vous êtes prêt a encore payer des taxes pour 2 arenas, c'est illogique
    Réveillez vous svp

    Dan - 2018-03-09 19:14
  • C'est quoi faire 10 minutes en autobus pour aller à l'aréna. Pourquoi s'endetter pour faire plaisir à quelques résidents de Cabano. Je demeure moi-même à Cabano et savez-vous combien coûte les déficits d'aréna. D'un ridicule de construire deux arénas dans une toute petite ville de moins de 5000 personnes. de grâce servez-vous de votre cerveau.

    barbe à papa - 2018-03-09 14:07
  • Donner dès installations adéquates à proximité de nos installations scolaires majeur c’est de voir pour notre futur. Trimballer nos enfants en autobus pour le sport scolaire à assez durer.

    Citoyens simplement logique - 2018-03-09 12:37
  • Ça prend un référendum avec les deux projets sur la table:il faut que la ville et la coalition se mettent d’accord sur les questions à poser pour ne pas se faire avoir comme à la consultation sur le nom en 2010.Vive la démocratie!

    Un écœuré de l’anarchie - 2018-03-09 09:14
  • Un chien n'a pas besoin de deux queues pour démontrer qu'il est heureux alors pourquoi une (1) petite ville presque village aurait besoin de 2 arénas...

    Mathieu - 2018-03-09 08:25
  • Moi aussi je pense un référendum sera nécessaire. C'est à la population de décider et non au maire Garon.

    Un citoyen réaliste - 2018-03-08 20:02
  • Arretez d'en demander, si c'était juste de moi il y aurait même pas d'arena dans le quartier Cabano. Lachez la guerre de clocher, vous allez en avoir un arena a NDDL, faites autre chose à coté de l'école secondaire et lachez la jalousie. J'habite le quartier Cabano, réveillez vous nddl est à moins de 10 minutes, on voit que vous avez peu voyagé...

    René - 2018-03-08 19:05
  • Concernant la guerre des clochers selon Mr le maire c'est le quartier notre dame qui la font la guerre car selon eu ils sont meilleurs que nous les gens de cabano et selon moi il n'y aurait dû avoir une fusion tous se détériore dans notre quartier (cabano) les gens de notre dame veulent tout avoir dans leur quartier ils vont nous mettre dans le trou comme eux avant la fusion nous voulons l'égalité et notre aréna et même la de fusion ou la démission du maire

    Brenda - 2018-03-08 18:28
  • La solution!!! Je reviens avec un référendum. . Pourquoi ne pas poser la question aux payeurs de taxes? C'est démocratique! On parle d'un projet de 6 millions. Oui ou non pour 2 aréna?

    Gilles Berube - 2018-03-08 18:11
  • Le gros projet pour desservir 120 étudiants à NDDL et la petite glace complémentaire pour donner des cours à 600 étudiants et + a Cabano elle est ou la logique.Seul un référendum avec les règles du directeur général des élections peut nous sortir de cette impasse.

    un citoyen qui ne comprend plus rien - 2018-03-08 16:19
  • « Aujourd’hui cependant, les arénas se construisent près des écoles en raison de la popularité du hockey scolaire.»

    Convaincu par ce qu'il lit - 2018-03-08 16:18
  • C'est ridicule deux arénas avec glace artificielle dans une même ville de moins de 5000 habitants. Un record mondial avec deux déficits assurés. Que le conseil prenne ses responsabilités et qu'il assume la fusion en mettant sur pied le projet à NDL. C'est assez ces niaiseries. Nous payons assez de taxes comme celà. en plus notre MRC est l'une des plus pauvres au Québec.Si il reste l'argent des assurances. alors faisons autres choses avec.

    convaincue - 2018-03-08 15:49
  • Dans l'article, il y a cette question: "Dans une ville où la population vient de baisser sous les 5 000 habitants, comment peut-on justifier deux arénas?". En aucun cas je ne vois M. Dugas répondre correctement ou clairement à cette question. Il parle de d'autre chose. Bon politicien... ou le journaliste n'a pas rapporté correctement sa réponse?

    passepoil - 2018-03-08 15:22
  • Voilà qui dit tout clairement. Merci à notre coalition et à Mario Pelletier pour ce beau reportage.

    André - 2018-03-08 15:11