Publicité
8 mars 2018 - 15:06 | Mis à jour : 15:24

Des travaux de 425 000 $ à l'église Notre-Dame-des-Neiges de Trois-Pistoles

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin

Lors de l'émission matinale Info-Réveil d'Ici Radio-Canada Bas-Saint-Laurent, l'annonce de travaux de l’ordre de 3 M$ devant être effectués à l'église de Trois-Pistoles a fait sourciller le président de la Fabrique Notre-Dame-des-Neiges, Paul Dumas. Avec raison, puisqu'après vérification, les travaux à être exécutés sont plutôt de 425 000 $.

Les travaux sont déjà prévus et inclus au carnet de santé de l’église Notre-Dame-des-Neiges. «Il s'agit de la restauration du dôme, de la tour principale, mais aussi des fenêtres et des portes ainsi que de l'entrée sud de la chapelle», explique M. Dumas.

À lui seul, la restauration du grand clocher est évaluée à 350 000 $. Ces travaux sont déjà prévus depuis près de huit ans et se veulent être un complément de ceux déjà effectués.

Quant au montant de 3 M$, le président de la fabrique croit qu’il s’agit du cout total des travaux effectués et à venir. L'église comme le presbytère sont déjà admissibles au programme de restauration des églises.

Rappelons qu'en octobre dernier, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il reconnaissait la valeur patrimoniale nationale de l’église de Notre-Dame-des-Neiges et de son presbytère. L’église n’est pas encore classée officiellement comme un bien patrimonial culturel québécois, mais puisqu'un avis d’intention de classement a été émis sa protection n’en est pas moins assurée.

CAPITATION

Paul Dumas a aussi profité de l'occasion pour rappeler l'importance de la capitation notamment pour l'entretien de l'église, une église qui va bien au-delà du lieu de culte et de prière. «C'est un joyau, pour le culte, mais oui, pour le tourisme et la communauté aussi. L'attachement va plus loin que les croyances catholiques. La capitation nous permet d'entretenir l'église, un entretien qui ne doit pas attendre qu'il soit trop tard», a commenté le président de la fabrique.

Des propos qui ne sont pas sans rappeler la saga qui entoure la cathédrale de Rimouski et des démarches afin de la revaloriser alors qu'elle est fermée au public pour cause de sécurité.

Publicité

Commentez cet article