Publicité
19 février 2018 - 11:23 | Mis à jour : 14:02

Sylvie Vignet, les 100 jours du changement

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 2

Alors que Sylvie Vignet a franchi le cap des 100 premiers jours à la mairie de Rivière-du-Loup, force est d'admettre que la lune de miel entre la nouvelle mairesse et la population se poursuit. Si certains lui reprochent un style de gestion populiste, plusieurs lui reconnaissent une gestion de proximité, pensons notamment aux rencontres citoyennes.

En campagne électorale, Mme Vignet avait promis du changement, des ajustements dans le ton, dans la façon de faire et dans des orientations axées sur le citoyen. Rapidement, elle est passée de la parole aux actes en offrant un coup de barre au gouvernail de l’appareil municipal.

Le retour de la Corporation industrielle, technologique et économique (CITÉ) abolie sous l’ère de Gaétan Gamache, l’immigration et le feu vert donné au projet de Carrefour maritime sont autant de dossiers dans lesquels le nouveau conseil joue un rôle proactif.

D’autres exemples sont moins marquants, mais illustrent l’ouverture de la nouvelle administration. «Ça fait des années que des gens demandent l’ouverture des sentiers l’hiver dans le parc du Campus-et-de-la-Cité. La demande est là, les citoyens le veulent et ils apprécient cette ouverture.»

CHANGEMENT DE TON

Un changement de cap qui s'observe aussi au sein du conseil municipal où l'harmonie a maintenant préséance sur les divisions du dernier mandat. «L'équipe des élus est très, très soudée. (Nous sommes) dans une même vision de collaboration et d'écoute avec le citoyen. On veut créer une belle atmosphère à l'hôtel de ville et dans les différents départements», explique la mairesse.

Elle souligne que l’implication des conseillers est aussi à la hausse. À l’image d’un entraineur de hockey, la mairesse n’a pas peur de confier certaines responsabilités à ses conseillers, notamment dans les différents comités et lors des rencontres citoyennes.

Mme Vignet mentionne toutefois que la vision du nouveau conseil et ses nouvelles orientations n'ont pas encore été expliquées aux fonctionnaires. La nouvelle mairesse souhaite faire preuve de doigté même si certains heurts apparaissent inévitables. Pensons aux avancées de trottoir, maintes fois décriées à Rivière-du-Loup, où la volonté d’en faire moins tout en ciblant mieux les sites où ce type d’installation s’impose est ouvertement exprimée.

«C'est une équipe qui est déjà très fonctionnelle, qui a déjà ses habitudes de travail. On peut bien arriver et tout vouloir casser, mais ce n'est pas la bonne façon de faire, ce n'est pas celle que l'on préconise. On veut prendre le temps de faire comprendre aux gens vers où on veut s'en aller. Des deux côtés il faut avoir un respect mutuel pour avancer ensemble.»

Mme Vignet assure qu'il y a «une très belle collaboration» entre élus et fonctionnaires. On pense immédiatement aux communications. La mairesse le souligne avec une certaine insistance, depuis son élection, elle n'a refusé aucune demande d'entrevue. Y a-t-il eu recadrage du service ? Plutôt un changement de philosophie.

«Les gens en poste appliquaient ce que l'autre maire demandait. Nous avons une très belle collaboration. (...) On est content de ce qui s'est passé.» Avec un sens naturel de la «clip», elle sait rapidement rejoindre la population. Le ton, le choix des mots rompent avec la précédente administration.

Il y a bien eu quelques faux pas, mais globalement, le message de la nouvelle mairesse de Rivière-du-Loup rejoint la population. Une population qui ne se gêne pas pour lui témoigner son appréciation.

«Ma vie a changé. Acheter un concombre ça me prend maintenant 30 minutes !», lance en riant la mairesse. Cette dernière soutient que les astres étaient finalement alignés. La ville, soutient-elle, occupe maintenant une grande partie de sa vie. «Je n’avais pas de chum en arrivant et je n’en aurai pas plus dans quatre ans !», image-t-elle.

BILAN

Dans le bilan des 100 premiers jours de son administration et de son conseil, Sylvie Vignet cible les communications plus ouvertes et la proximité citoyenne, le développement économique, le retour de la CITÉ ainsi que le suivi des dossiers déjà existant, notamment du Carrefour maritime.

«Ça demande une façon différente de travailler dans le développement économique et c’est ce que nous voulons explorer.» Après 100 jours, Sylvie Vignet est toujours aussi déterminée à faire sa marque, notamment en mettant fin aux «boys clubs» et en redonnant aux citoyens l’écoute auxquels ils ont droit.

Le vendredi 16 février, Sylvie Vignet a été nommée à l'UMQ, au sein la Commission de la commission Femmes et gouvernance.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • @CitoyenDéçu : Êtes-vous un certain J. É. qui a écrit la même chose sur Facebook ? Cette personne qui a osé faire des photos avec son cellulaires pendant la cérémonie. Respect vous dites ? Vous auriez mieux fait de vous taire. Les funérailles étaient à 60 km de RDL un week-end. Je demande à mes élus de mieux gérer la ville, pas de faire des tatas devant un cercueil dans une autre MRC. Point noir pour votre commentaire monsieur.

    Attaboy - 2018-02-20 10:57
  • Un point noir:aucun membre du conseil municipal ou fonctionnaire pour représenter la Ville lors du service de ce grand bâtisseur de Riviere-du-Loup, l'abbé Landry.

    Citoyen déçu - 2018-02-19 23:02