Publicité
16 février 2018 - 06:57 | Mis à jour : 20 février 2018 - 09:19

Deux sage-femmes s’installent dans la région

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Les sage-femmes étaient attendues au KRTB. Deux de ces accompagnatrices à l’accouchement, Valérie Demers et Monique Paré, se sont récemment installées à Rivière-du-Loup afin d’assurer une offre de service stable pour toute la région. Les femmes enceintes peuvent dorénavant faire le choix d’accoucher avec l’aide d’une sage-femme sans devoir recourir à la Maison des naissances de Mont-Joli.

«Il y avait un intérêt depuis plusieurs années d’avoir un tel service offert à Rivière-du-Loup», confirme Chantal Lavallée, responsables des services de sage-femmes pour le CISSS du Bas-Saint-Laurent. Une troisième sage-femme pourrait d’ailleurs rejoindre la petite équipe au cours des prochains mois.

L’approche des sages-femmes est une démarche holistique qui vise à accompagner les femmes dans l’ensemble de l’expérience de la grossesse. Elle se base sur une relation égalitaire de respect et de dignité.

Les clientes potentielles contactent par exemple le CLSC de Rivière-du-Loup pour prendre un rendez-vous. Les rencontres de suivi durent de 45 minutes à 1 h. Plusieurs sujets sont abordés, selon leurs désirs et interrogations.  Les femmes éligibles doivent cependant être en bonne santé et avoir une grossesse à faible risque. Les rendez-vous sont planifiés aux 4 à 6 semaines jusqu’à la 28e semaine, après quoi ils sont aux 2 semaines puis, pendant le dernier mois, à chaque semaine.

L’accouchement a lieu soit à domicile ou encore au Centre hospitalier régional du Grand-Portage. «Les femmes qui désirent accoucher à domicile doivent résider dans un périmètre de 30 minutes du CHRGP. Cette distance est précisée dans une grille qui nous a été fournie par les services préhospitaliers. C’est une question de sécurité. Nous avons seulement une entente avec le CHRGP», explique Mme Lavallée.

Les sage-femmes quittent environ 3 à 5 h après la naissance et l’accompagnement se termine six semaines après l’accouchement, au plus tard. Les deux sage-femmes du KRTB sont joignables 7 jours sur 7 et 24h/24. Elles offrent entre autres du soutien à l’allaitement et font tous les suivis médicaux de santé nécessaires, soit les prélèvements sanguins, dépistages, échographies et soins cliniques.

LES PREMIÈRES SAGE-FEMMES DU KRTB

«Le but est d’offrir des soins optimaux, la collaboration entre les médecins et les sage-femmes est essentielle. Notre approche se différencie par le temps qu’on prend avec la cliente, que ce soit pour faire de la prévention, lui donner des informations, fournir des conseils de santé, lui permettre de faire des choix éclairés en répondant à ses questions (…) Nous sommes à l’écoute de leurs besoins spécifiques, pas seulement des paramètres médicaux», ajoute la sage-femme Valérie Demers. Cette dernière est d’ailleurs diplômée du BAC en pratique sage-femme de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ces étudiants doivent avoir assisté à un minimum de 70 accouchements avant d’obtenir leur diplôme.

De son côté, Monique Paré guide les femmes lors de leur accouchement depuis les années 1970. À ce moment, les accouchements se déroulaient à l’hôpital sous anesthésie générale. Certaines femmes ont donc décidé d’accoucher à la maison, inspirées par un mouvement d’humanisation des soins de naissance et de maternité. Mme Paré fait partie de ces sage-femmes autodidactes qui ont œuvré pendant un vide juridique, avant l’encadrement légal de la Loi sur les sage-femmes adoptée en 1999. Elles suivaient tout de même de nombreuses formations offertes par des professionnels de la santé. Les sage-femmes ont ainsi été officiellement reconnues au Québec comme des professionnelles autonomes. «Je suis l’une des plus jeunes de ces pionnières accompagnatrices. Le premier bébé né avec moi en tant qu’accompagnatrice d’accouchement, c’était au Témiscouata. Je reviens ici dans la région cinq ans avant ma retraite», a commenté Mme Paré.

Monique Paré et Valérie Demers sont les deux premières sage-femmes au KRTB. Leur accompagnement est gratuit puisqu’il fait partie du système de santé public. Elles peuvent accompagner environ 40 femmes par année pour le suivi prénatal et postnatal.

Selon les données fournies par Chantal Lavallée responsable des services de sage-femme au CISSS du Bas-Saint-Laurent, 3% des femmes ont accès à l’accouchement accompagné par une sage-femme au Québec, alors que 10% voudraient en bénéficier.

La consultation est offerte dans les CLSC de Rivière-du-Loup, Cabano et Saint-Pascal. Il est possible de communiquer directement avec l’équipe de sage-femmes du KRTB au 418-867-2642, poste 155.

Publicité

Commentez cet article