Publicité
6 février 2018 - 13:37

La Ville a retiré son appel d'offres pour l'éco-glace

Centre sportif Phil-Latulippe : la coalition et les élus au travail pour une glace artificielle

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 5 février avait lieu une séance du conseil municipal de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac. À cette occasion, les représentants de la coalition pour une glace artificielle au Centre sportif Phil-Latulippe ont obtenu l’assurance des élus que la Ville travaille dorénavant pour réaliser une glace artificielle.

Récemment, des membres de la coalition ont rencontré le député provincial Jean D’Amour de même que son homologue fédéral Guy Caron. «Au Québec, il y a un programme de financement qui pourrait convenir, mais il se termine le 23 février. De plus, il faut que ce soit la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac qui effectue une demande, la coalition ne peut pas le faire», a expliqué Éric Dion, responsable des relations avec les médias pour la coalition. Il s’agit du Programme québécois de soutien aux installations sportives et récréatives phase 4. Toutefois, selon la coalition, le conseil municipal veut plutôt déposer une demande pour construire un plateau multifonctionnel adjacent au Centre sportif.

Gilles Garon, maire de Témiscouata-sur-le-Lac, a confirmé que la Ville avait retiré son appel d’offres pour le projet avec une éco-glace. «Il y aura un comité de travail formé de trois personnes de la coalition et trois autres de la Ville qui travailleront pour trouver une solution», a mentionné M. Garon. La phase 1 du projet équivaut à la reconstruction du Centre sportif Phil-Latulippe avec une glace artificielle. La phase 2 comprendrait des locaux additionnels pour les utilisateurs et un plateau multifonctionnel pour le sport et les loisirs. «On ne parle pas d’une salle communautaire, Témiscouata-sur-le-Lac en a déjà», a précisé le maire. Le programme du gouvernement du Québec financerait 50 % des travaux.

«C’est oui pour une glace artificielle, mais pas à n’importe quel prix. Nous allons travailler ensemble pour trouver des partenaires. La phase 2 nous permettra de bonifier le projet, mais nous devons être capable de rattacher du partenariat qui touche le milieu scolaire», a indiqué Gilles Garon. Une rencontre de travail devrait avoir lieu au cours des prochains jours entre les représentants de la coalition et de la Ville.

Quant au fédéral, le député Guy Caron leur a précisé qu’il faudra attendre le prochain budget du gouvernement pour savoir si un programme de financement pourrait convenir.

À Témiscouata-sur-le-Lac, outre avec la Ville, la coalition n’a pas orchestré jusqu’à maintenant des rencontres avec des organismes ou des entreprises pour obtenir un soutien financier pour une glace artificielle. «Concernant une campagne de financement, nous sommes en réflexion à cet effet», a précisé M. Dion.

TROP FROID

Dans un communiqué de presse, la coalition a rappelé son combat, soit de faire en sorte que la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac ne mette pas en place une éco-glace au Centre sportif Phil-Latulippe du quartier Cabano, mais plutôt une glace artificielle.

Au sujet de l’éco-glace, la coalition rappelle qu’il faut à l’intérieur de l’aréna un minimum de -5 ºC pour conserver la glace en bon état. Quand il fait suffisamment froid à l’extérieur, des ventilateurs soufflent de l’air à l’intérieur. «Supposons que la température extérieure est de -20 ºC, celle-ci sera soufflée à l'intérieur pour refroidir l’habitacle, ce qui donnera une température ambiante d'environ -15 ºC», a-t-on mentionné.

Par contre avec une glace artificielle, la température ambiante peut dépasser les 10 ºC. Une glace artificielle permet donc aux utilisateurs de pratiquer leurs activités dans un certain confort. De plus, une température clémente à l’intérieur de l’aréna permet aux entraineurs, aux arbitres, aux bénévoles, aux parents et aux spectateurs de participer et d’assister aux évènements avec plus d’intérêt et de bienêtre.

Une température égale ou inférieure à -5 ºC rend la pratique de plusieurs sports plus difficile. Au ballon sur glace, les risques de blessure sont plus grands, les souliers étant moins adhérents et le ballon étant plus dur. En patinage artistique, l’apprentissage ou la consolidation des doubles et triples sauts est difficile puisque la majorité des patineurs doivent garder leur habit d’hiver et accessoires (tuques, foulards, etc.) pour rester au chaud. Par ailleurs, le niveau de concentration des athlètes étudiants est considérablement réduit après 30 minutes de pratique sur une éco-glace. Notons également que la pratique du curling sur une glace où la température est égale ou inférieure à -5 ºC n’est pas possible considérant le ralentissement des pierres.

 

Publicité

Commentez cet article