Publicité
8 février 2018 - 06:54

Suicide : les hommes de 50 à 64 ans sont les plus à risque

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le suicide d’un adolescent heurte notre esprit, comment un jeune peut-il s’enlever la vie alors qu’elle est presque toute devant lui? Mais la catégorie d’âge plus à risque est celle des 50 à 64 ans et particulièrement les hommes.

Alexandra Gagnon, intervenante et chargée de projet pour le Centre prévention suicide du KRTB, était la conférencière invitée le 1 février dernier à l’occasion du diner mensuel de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), section de Rivière-du-Loup. Elle a présenté à près de 80 membres présents l’atelier «La pause Kodak – Tel un appareil photo : développer le positif à partir du négatif.»

Auparavant, Mme Gagnon a dressé un portrait du suicide au Bas-Saint-Laurent. Elle a noté que la catégorie d’âge des 50-64 ans représente celle qui est plus à risque avec 67 personnes décédées par suicide au cours de la période de 2006 à 2011, dont 52 hommes et 15 femmes. Suivent d’assez près les 35-49 ans avec 55 suicides, soit 43 hommes et 12 femmes. Le groupe d’âge des 20-34 ans compte 41 suicides dont 37 hommes. On note 9 suicides pour les jeunes de 15-19 ans, tous des garçons. Chez les personnes de 65 ans et plus, on a enregistré 29 actes dont 24 pour les hommes.

De 2006 à 2011, le Bureau du coroner en chef dénombre donc un total de 201 personnes décédées par suicide pour la grande région du Bas-Saint-Laurent. Plus près de nous au KRTB, entre 2010 et 2015, le nombre de suicides s’est élevé à 73. Encore là, la tendance masculine demeure, soit 60 hommes pour 13 femmes. «Les femmes ont plus tendance à parler, c’est une des raisons qui pourraient expliquer cette différence avec les hommes», a mentionné Alexandra Gagnon. Les chiffres pour la province de Québec indiquent un total de 1128 suicides en 2015 (75 % des hommes), soit 3 suicides par jour.

DONNER ESPOIR

L’atelier que propose l’intervenante est une approche globale, une vision positive à adopter auprès des ainés et par les ainés afin de donner un sens et un but à leur quotidien. Il aide à briser l’isolement, prévenir l’abus et la maltraitance, augmenter la participation sociale et diminuer la détresse psychologique pouvant mener aux idées suicidaires et/ou au suicide.

Ces objectifs s’accordent parfaitement avec ceux de la Semaine de prévention du suicide qui se tient du 4 au 10 février sous le thème «Parler du suicide sauve des vies». Ce slogan nous rappelle l’importance de parler pour agir en prévention du suicide. En ouvrant le dialogue et en étant à l’écoute, nous consolidons le filet humain autour des gens vulnérables, de façon individuelle mais aussi collectivement.

VULNÉRABILITÉ

Une personne âgée isolée qui souffre de dépression (ou d’un autre problème de santé mentale), dont la santé physique est fragile et qui vient de vivre une perte significative (décès, emploi, déménagement ou placement), doit être considérée comme plus vulnérable au suicide.

Ce désespoir souvent difficile à comprendre se traduit par des changements de comportements ou par des messages verbaux: augmentation de la consommation d’alcool et de médicaments; changements dans l’apparence physique; comportements désorganisés (ne s’habille plus, se lève très tard, n’entretien plus sa maison); changements dans ses relations avec les autres (irritable, impatiente, plus solitaire); tristesse et pleurs fréquents; perte d’intérêt pour les activités sociales; don d’objets chers à son entourage; messages verbaux «Vous seriez mieux sans moi. Je me sens inutile. La vie ne m’apporte plus aucun plaisir. Je suis fatigué de la vie. Je n’ai plus de raison de continuer.».

DEMANDEZ DE L’AIDE

Pour aider, il ne faut pas hésiter à agir! Demandez directement à la personne âgée si elle pense au suicide et tentez d’obtenir des réponses claires (Comment? Ou? Quand?).

Si la détresse d’une personne âgée vous préoccupe, n’hésitez pas à demander de l’aide au Centre prévention suicide du KRTB au 418-862-9658 ou à la ligne téléphonique 1-866-APPELLE (1-866-277-3553).

Le Centre prévention suicide du KRTB offre du support aux personnes ayant des idées suicidaires. Ses quatre intervenants effectuent également de la prévention par des activités de sensibilisation. Ils travaillent aussi après des incidents malheureux pour soutenir les personnes autour des suicidés.

Publicité

Commentez cet article