Publicité
25 janvier 2018 - 12:02 | Mis à jour : 26 janvier 2018 - 11:00

Pénurie de réservistes aux Fusiliers du Saint-Laurent

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 3

La pénurie de main-d'oeuvre qui s'observe dans la région n'épargne pas les Fusiliers du Saint-Laurent aux prises avec un important manque d'effectifs. Pas moins de 57,6% des postes sont à combler.

L'unité louperivoise ne fait pas exception. Sur la centaine de postes, une trentaine sont actuellement occupés au manège de Rivière-du-Loup. C'est peu. «C'est une tendance que nous observons depuis 2014-2015 et que nous n'avons pas encore pu renverser», admet le sergent Sylvain Dionne des Fusiliers du Saint-Laurent.

Les difficultés de rétention des jeunes en région ne sont pas étrangères à la situation, mais selon le militaire, elle n'est pas la seule en cause. «Le plein emploi aussi, les jeunes ont plus d'opportunités, même en région, y compris avec les emplois saisonniers. Il y a aussi les études supérieures qui impliquent souvent un déménagement vers les grands centres.»

Mais il y a aussi l'attente qui joue en défaveur des Forces. Bien souvent dans le civil, un étudiant est embauché dans les jours suivant l'entrevue, parfois même le jour même. Dans les Forces, le traitement d'enrôlement impose un délai d'un à deux mois, notamment avec des examens physiques, médicaux, et écrits.

Le sergent Dionne souligne que les soldats canadiens jouissent d'une appréciation des plus favorables au pays. Il ne croit pas non plus que les reportages concernant d'ex-militaires souffrant de stress post-traumatique aient une influence significative.

PÉNURIE

La pénurie a toutefois forcé l'annulation du cours de recrue prévue ce mois-ci, alors qu'une trentaine de candidatures étaient requises, les Fusiliers en ont reçu seulement quatre. Selon nos informations, les Forces canadiennes devraient donc cibler les manèges locaux lors de leurs prochaines campagnes de publicité.

En 2015, les Fusiliers avaient même lancé une campagne de recrutement auprès des travailleurs saisonniers et des employés à temps partiel.

La situation n'est pas considérée comme catastrophique, mais préoccupante. Aucun des trois manèges des Fusiliers du Saint-Laurent, soit ceux de Matane, Rimouski et Rivière-du-Loup, n'est menacé à court terme.

«Nous offrons des conditions de travail enviables, que ce soit avec un salaire de base (104,71 $ par jour) en plus d'avantages comme les assurances de 2 000 $ et des bourses d'études annuelles. L'été, le réserviste effectue du travail à temps plein», assure le sergent Dionne.

Les réservistes, contrairement aux membres de la régulière, n'ont aucun contrat d'engagement à signer. Ils sont donc libres de quitter les Forces à tout moment. Quant à l'horaire de travail, il est fixé à un soir de travail par semaine et à une fin de semaine sur deux, jusqu'à l'été.

Toute personne intéressée à devenir réserviste pour les Fusiliers du Saint-Laurent peut composer le 1-866-637-3334.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Le nom de l'unite c'est les Fusiliers du St Laurent, pas du bas St-Laurent, faite la correction SVP, Merci.

    Ex Fusilier du St-Laurent - 2018-01-26 08:39
  • Pour avoir été dans les Forces Armées pendant 26 ans, le mot réserviste le dit de réserve, donc leurs salaires sont basés en fonction. Renseignez-vous sur les obligations d'un régulier vis à vis un réserviste. Il y a un tout un monde.

    Jean - 2018-01-25 14:12
  • Question de salaire, les réservistes sont moins bien payés que les militaires réguliers et le salaire minimum qui monte permet aux jeunes d'avoir un meilleur salaire en travaillant au civil. De nos jours, tout est question d’argent. Si l'offre salarial est inintéressante les rangs des cours de recrue déborderons a nouveau. :-)

    bennyg - 2018-01-25 13:18