Publicité
23 janvier 2018 - 10:55 | Mis à jour : 14:50

Prelco : le mur de la discorde

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 16

Ayant vu leur premier projet de stationnement pour camions lourds être refusé l’an dernier, l’entreprise Prelco n’a pas baissé les bras. Elle propose aujourd’hui un plan révisé afin de satisfaire les citoyens du secteur et calmer leurs inquiétudes. Loin d’être convaincus, plusieurs d’entre eux restent toutefois farouchement opposés au projet. 

Les nouvelles idées proposées par Prelco étaient présentées, lundi, lors d’une assemblée publique de consultation tenue au tout début de la séance du conseil municipal. Cette procédure est nécessaire, puisque l’entreprise souhaite aménager son stationnement de l’autre côté du boulevard Cartier, dans la cour arrière de ses nouveaux locaux (anciennement Porte Royale), ce qui correspond à une zone résidentielle. Prelco tente ainsi de remédier à un problème d’espace.

Concrètement, l’entreprise louperivoise est retournée à la table à dessin et propose maintenant une zone tampon en aménageant un talus de 10 mètres par 2 mètres de hauteur surplombé d’un mur acoustique de 3 mètres de hauteur. Dans sa deuxième mouture du projet, Prelco présente aussi des mesures d’atténuation pour limiter le bruit et la poussière causés par les camions semi-remorques. Le stationnement, dit-on, serait utilisé surtout le vendredi soir et le lundi matin. 

«Nous considérons aujourd’hui que Prelco a fait un travail important, comme nous lui avions demandé. Avant de dire non complètement au projet, on voulait qu’ils le travaillent et qu’ils nous présentent autre chose», a mentionné la mairesse Sylvie Vignet. «De notre côté, on trouve que l’entreprise amène certaines solutions. Mais ce n’est pas moi qui vis là. On voit bien que les citoyens ne semblent pas être d’accord.»

OPPOSITION 

Lundi, une dizaine de résidents du secteur touché par ce projet ont effectivement fait entendre leur voix devant le conseil municipal. Le consensus était évident : personne ne souhaite sa réalisation. Ils estiment que la palissade va avoir un impact important sur leur qualité de vie et sur la valeur de leur propriété. 

«Nous ne sommes même pas certains que ce mur sera efficace, mais ce qu’on sait, par contre, c’est que je ne verrai plus les couchers de soleil ni la ville. Un agent d’immeuble m’a aussi assuré que ma maison allait être très difficile à vendre. C’est sans parler de son évaluation qui sera certainement en baisse», s’est désolé un citoyen.    

Un autre résident avait les mêmes inquiétudes. «C’est certain que nos maisons vont perdre de la valeur. Qui va me payer la différence? Prelco? La Ville? Des vans, je n’en veux pas dans ma cour», a-t-il clamé. 

Les personnes présentes mentionnent que l’entreprise devrait utiliser les terrains qu’elles possèdent du même côté de son usine pour stationner ses camions. Ainsi, le stationnement du 89, boulevard Cartier, devrait accueillir le stationnement des employés. En réponse, la Ville leur a répondu que la suggestion avait été faite à l’entreprise, en vain. 

«Le département d’urbanisme a apporté différentes solutions. Des choses ont été suggérées, mais cela fait, on ne peut pas forcer l’entreprise à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire. Le projet est soumis comme la compagnie le souhaite.»

SIGNATURES 

Les citoyens concernés ont maintenant l’opportunité de démontrer leur opposition en recueillant les signatures nécessaires pour forcer la Ville à soumettre le projet à un référendum. La date limite pour cela est le 8 février prochain. «Les citoyens ont à se prononcer. Ils ont maintenant cette latitude et ils vont l’utiliser, j’en suis certaine», a indiqué Sylvie Vignet.  

Le conseil municipal rendra sa décision le 12 février. Mme Vignet n’a d’ailleurs pas fermé la porte à un nouveau refus du projet si les citoyens faisaient preuve de conviction dans leur opposition.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

16 réactionsCommentaire(s)
  • S'il y as trop de problèmes, il paraît qu'il y de la place à Témiscouata sur le lac. À la place de feu du breton.

    Bert - 2018-01-27 13:40
  • Pauvres québécois ils veulent tout avoir sans faire des efforts.tout gratis mais sans contrainte.petit peuple

    Justicier - 2018-01-27 13:09
  • Cassez-vous pas la tête !

    Dans 15 ou 20 ans, si la tendance se maintien, ils (Prelco) et les
    autres, vont tous avoir a déménager suite a la hausse du niveau des
    océans (fleuve).

    Comme quoi, a un problème, il y a toujours une solution, mais qui n'est
    pas sans problèmes...

    Ainsi va la vie !

    Le capitaine fish - 2018-01-24 18:04
  • Je ne reste pas dans ce quartier, je ne travail pas chez Prelco. Je suis observateur.
    Il y a au dessus de 330 employés, avez-vous imaginé les problèmes de trafic (autos et piétons) que ça va occasionner. On va récréer une deuxième fromagerie
    On va mettre encore une autre lumière, voyons donc!!!!

    Christian - 2018-01-24 09:16
  • @PÔVREpetitPEUPLE

    Encore le syndrome du "Ouf, c'est pas dans ma cour! Ne chialez pas d'un coup que ça se retrouverait dans la mienne..."

    Claude - 2018-01-24 08:21
  • Je suis entièrement d'accord avec les propriétaires de la rue Villeray.
    D'après ce que je comprend ce serait un mur d'environ 15 à 16 pieds de haut (parce que e pense que l'on veut faire croire aux gens que 5 mètres c'est moins haut que 15 pieds d'après certains ingénieurs). On a payé combien de $$$$$$$ pour déplacer la boite de tole sur l'édifice Jean Léon Marquis pour plaire à 2 ou 3 propriétaires de la rue Martin?

    René Lapointe - 2018-01-24 07:16



  • Mme le maire Vignet ne semble pas porter trop ses culottes.Amener la pétition que je la signe .

    D.M. - 2018-01-23 23:15
  • Lachez-pas résidents ! Si les dirigeants de Prelco font preuve de bon sens, ils vont opter pour une politique de bon voisinage et de respect. Tenez bon! La direction de la compagnie est surement composée de gens intelligents qui comprendront qu'ils n'ont rien à gagner à se mettre à dos le voisinage. L'appui des citoyens de la ville n'est jamais à négliger pour une compagnie de cette taille. Ils ont tout à gagner dans le fait de conserver une perception positive, une FIERTÉ vis-a-vis une entreprise locale de la part de ses voisins ET CLIENTS.

    Ex du Parc.... - 2018-01-23 22:51
  • @povrepetitpeuple.....moi je dirais pauvre vous. ....avec de pareilles oeillères. ..on n'avancera pas....Mettez-vous à la place des résidents du quartier et vous ne penserez pas comme ça. ....je vous souligne que je ne suis pas résident de ce quartier...mais j'approuve leur méfiance. ....

    Pierre M. DRAYAF - 2018-01-23 22:22
  • Ce serait si simple de stationner les employés de l'autre côté du boulevard et les camions pourraient stationner du côté de la rivière dans le grand stationnement. Un effort tout le monde

    mamie - 2018-01-23 20:42
  • Monsieur Pierre M.Drayaf, vous m'enlevez les mots du clavier. J'endosse parfaitement votre raisonnement très logique. Le stationnement des employés, au sud devrait ètre envisagé, on pourrait le déménager si la compagnie voulait faire un effort. Les gens qui se sont installés là n'ont jamais envisagé qu'un jour on leur jouerait un tel tour.

    gil - 2018-01-23 17:56
  • Le parc Cartier et le boulevard Cartier ne sont pas à mon avis, un parc industriel. Prelco aurait pu être plus visionnaire avant de faire ses derniers agrandissements. Une pareille entreprise savait bien qu'elle était située dans un endroit restreint, et ce de chaque côté, et même vers l'arrière. Elle se sert même de l'ancien quai Narcisse afin de placer ses camions remorques, encore là elle n'est pas chez elle...car le quai est un bien historique qu'il faut protéger. Le fait d'avoir acheté un terrain et un bâtiment de l'autre côté de la rue, ne lui permet pas également de faire ce qu'elle veut. Les citoyens ont raison d'être en désaccord avec leur dernière proposition. Pour être un bon citoyen corporatif, il faut mettre du sien et Prelco ne semble pas faire preuve de bon sens.

    Pierre M. Drayaf - 2018-01-23 13:07
  • Madame Vignet tient très bien ses promesses èlectorales, elle écoute les citoyens et dit oui à ci, oui à ça, oui à Monsieur Untel, oui à Madame Chose, toujours oui et ça plait à tout le monde, Môssieur St -Pierre inclusivement. Un jour ça va la rattraper et elle devra dire non et là, la lune de miel sera finie.

    J P - 2018-01-23 12:53
  • Ce qui est drôle c’est que présentement la vue arrière des résidences est degueulasse motoneige 4 roue etc. Sa serait beaucoup plus beau mais à eux de décider moi je demeure pas là et sa dépend des goûts.

    Realiste - 2018-01-23 12:22
  • Bon encore le symptôme du pas dans ma cour...

    Ensuite vous êtes les premiers à chialer qu’il n’y a pas de job payante a Rivière-Du-Loup!

    Normal les entreprises fuient à cause de gens qui ne font que brailler...


    PÔVREpetitPEUPLE - 2018-01-23 12:10
  • Qu'en est-il également de la fresque qui devait être faite sur le grand mur de l'usine? L'an dernier, Prelco avait mentionné plancher sur ce projet pour enjoliver ce mur à l'automne (2017)!

    YvesB - 2018-01-23 12:00