Publicité
19 janvier 2018 - 06:55

Assurance-emploi : parce que 15 semaines, ce n’est pas assez

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 13

Imaginez-vous combattre un cancer, faire face aux difficiles traitements et tout cela en moins de 15 semaines pour reprendre le travail, car oui, après 15 semaines à 55 % de votre salaire, les prestations cessent. Parlez-en à Marie-Hélène Dubé, cette Louperivoise de 46 ans qui s’est fait remarquer dans son combat contre l’assurance-emploi.

Marie-Hélène Dubé est une battante. Mère monoparentale de deux enfants, elle a dû affronter trois cancers en cinq ans l’obligeant à lourdement hypothéquer sa maison de Laval. Et elle se dit chanceuse, plusieurs n’ont pas de propriété sur laquelle s’appuyer. C’est pourquoi elle lance aujourd’hui sa nouvelle stratégie de réforme de l’assurance-emploi : «15 semaines, ce n’est pas assez !».

Déjà en 2009 Mme Dubé avant lancé une pétition canadienne pour augmenter le nombre de semaines de prestation fixé à 15 semaines.  Forte des 600 000 signatures obtenues, dont 500 000 ont été présentées à la Chambre des communes, elle passe à une nouvelle étape de sa lutte contre un programme désuet et vieux de 46 ans.

ÉCRIRE

Dans sa ligne de mire, on retrouve les députés locaux, le premier ministre Justin Trudeau, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social Jean-Yves Duclos, ainsi que les chefs des partis politiques du Canada. Comment ? Par l’envoi d’un courriel personnalisé à chacune de ses personnes. L’idée est de prendre d’assaut leur messagerie.

«Nous sommes rendus là. On doit passer le message, de cette façon ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, qu’ils n’étaient pas au courant. Ils sont en vacances actuellement, profitons-en pour créer un effet de masse! Et puis, le message va se rendre directement!»

Pour ce faire, il suffit de consulter le site www.15semaines.ca. «Un seul clic suffit, il faut se faire entendre auprès de tous les élus», lance Mme Dubé.

ASSURANCE-EMPLOI

Actuellement, les patients atteints d’un cancer reçoivent des prestations d’assurance-maladie pour les 15 premières semaines, une disposition qui remonte à 1971. Le régime public n’est plus représentatif de la réalité, soutient Mme Dubé. «Ça ne correspond plus à 2018 et sur plusieurs facettes. La société n’est plus la même qu’il y a 46 ans, y compris en terme de survie aux cancers.»

L’Agence de la santé publique du Canada lui donne raison. Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Mais ces rémissions demandent du temps soutient Marie-Hélène Dubé qui rappelle que plus de 70 % des Canadiens n’ont pas accès à un régime collectif d’assurance salaire. «La question financière soulève des inquiétudes bien réelles. C’est un stress fou et, on s’entend, quand tu combats un cancer ou une maladie grave, tu n’as pas besoin de ce stress là.» La question qu’elle soulève est de savoir comment un patient parviendra à survivre financièrement dans ces circonstances.

«J’ai dû hypothéquer plusieurs fois ma maison, j’ai même dû retarder une opération à mon troisième cancer, car je n’avais pas encore atteint les 630 heures requises pour avoir droit à mes 15 semaines. Ça a eu une incidence sur ma rémission. Je suis arrivée à l’opération épuisée. J’ai eu plusieurs complications. Heureusement, j’étais appuyée par ma patronne et j’avais une maison. Ceux qui sont à loyer, ils se retrouvent dans le chemin!», lance-t-elle avec conviction.

UN AN

Depuis 2009, le prolongement des prestations au-delà de ces 15 semaines a fait l’objet de sept différents projets de loi dont certains se sont rendus jusqu’en deuxième lecture, mais jamais plus loin. «Il y a cinq ans, Justin Trudeau a voté en faveur du projet de loi qui visait à augmenter les prestations à 50 semaines. Actuellement, le Canada reste le seul pays du G8, outre les États-Unis, à offrir des prestations d’assurance-maladie de moins d’un an. Depuis, il est devenu premier ministre, mais il n’a rien fait», fustige Mme Dubé.

Si Marie-Hélène Dubé se réjouit que les proches aidants aient désormais accès à une nouvelle prestation de 15 à 26 semaines et même de 35 semaines s’il s’agit d’un enfant, elle ne manque pas de soulever l’ironie de la situation. «L’aidant naturel doit avoir accès à ces prestations, mais la personne malade elle... Non ?»

Elle présente donc sa nouvelle stratégie comme un projet de société. Les chiffres lui donnent raison. Selon l’Agence de la santé publique du Canada, la moitié des Canadiens recevront un diagnostic de cancer à un certain moment de leur vie, et on estime que 1 Canadien sur 4 mourra de cette maladie.

«C'est pour ça qu'il faut cliquer, qu'il faut se faire entendre. Soyons nombreux», conclut Marie-Hélène Dubé.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

13 réactionsCommentaire(s)
  • Merci à tous pour votre support et implication ! L'adresse du site pour écrire directement à votre députés et aux élus est la suivante : www.15semaines.ca. Merci de partager nombreux dans votre réseau, vous avez le pouvoir de m'aider à faire bouger les choses, ça prend 2 secondes à faire !

    Et pour répondre à @malade, non, ça ne changera absolument rien pour une simple grippette ;) ce sont les médecins qui vont continuer à déterminer la durée nécessaire de la convalescence, pas les gens eux-mêmes, donc aucun stress de ce côté.

    Marie-Hélène Dubé, responsable du projet - 2018-01-23 13:38
  • je suis d'accord... pour autant que cela soit pour une maladie grave et non pas une simple grippette

    malade - 2018-01-22 11:09
  • On ne choisit pas d'ëtre malade, par contre on planifie et choisit d'avoir un enfant. Pour un congé maternité/parentale on recoit presqu'un an de prestations, je trouve que c'est injuste, cette vieille loi qui a été conçu pour les gens qui ont une assurance salaire apres 15 sem. ne s'applique pas au gens dont leurs employeur n'offrent pas d'assurance salaire de court et/ou longue terme (apres 15 semaines d'assurance). On recoit plus de semaines payables pour prendre soin d'un membre de famille malade que lorsqu'ont est la personne malade, ce n'est pas normal. Oui il y a beaucoup d'abus mais dans les cas de maladie graves (cancer, ACV, cœur, etc.) ..... Absolument plus de semaines payables et requis, premordial et doit etre corriger le plus rapidement possible.

    Lili - 2018-01-22 11:01
  • Moi aussi j'ai été très malade en 2002, et j'ai eu seulement 15 semaines d'Ass.-Emploi et après plus RIEN. J'ai été sur le Bien-être Social et en difficulté. SVP augmenté les semaines d'Ass-Emploi SVP. Quand on a des paiements à faire et qu'on a RIEN pas terrible. Merci

    Marie A. Bêty - 2018-01-21 12:19
  • Je crois que l humain doit toujours avoir priorité dans la maladie. Lutter contre la maladie et en plus lutter pour sa survie matérielle c est insencé ! Soyons humains !

    Helene Gamache - 2018-01-20 14:33
  • J'appuie à 100% cette demande après être passée 2 fois par les 15 semaines ,suite à une série de chimiothérapie et l'année suivante une greffe de moelle osseuse, je peux dire que ce n'est pas assez!

    Pauline Miousse - 2018-01-20 10:02
  • J'ai vécu une évènement semblable en 2012. Je trouve aussi que 15 semaines est peu. Déjà qu'on a le soucis d'affronter la maladie, c'est un peu trop stressant.

    Marie-josée Armstrong - 2018-01-20 09:50
  • à réaliste!au lieu de dire que le monde en région sont profiteur commence donc par regarder ce que les gouvernements fédéral on voler depuis plusieurs années au peuple canadien(55 milliards dans la banque de chômage)argent que le gouvernement n'as aucunement mis dans le fond (employé et employeur).cette argent qui nous appartient et qui à été détourner grâce à la complicité de la court suprême devait servir justement pour les causes comme celle ci, mais vous vous accuser le monde en région d'être des profiteurs,comme dit le proverbe(avant de dire que le voisin à une paille dans l'œil enlève la poutre que t'as dans le tien).

    ghislain - 2018-01-19 23:35
  • Parfaitement d'accord, il est grand temps que ça bouge au gouvernement. L'Afeas de Riv-du-Loup a fait signer une pétition à la demande de Marie-Hélène, ainsi que l'Afeas provinciale lors d'un congrès, le tout a été acheminé auprès des instances concernées et rien n'a changé depuis ce temps. C'est incompréhensible. Il faut poursuivre les démarches. Allons rencontrer députés et ministres.

    Solange - 2018-01-19 23:33
  • Bonjours ma fille cancer du sein mon frère cancer moelle osseuse et ma sœur cancer du sein et moi même opération à cœur ouvert je pense qu’il est temps que le gouvernement doit aider leur payeur d’impôt de profiter d’un système mieux organiser à aider dans la subie de la maladie

    Papy - 2018-01-19 19:07
  • Nous citoyens qui payer des cotisations assurances et quand arrive une épreuve dans la vie pour te faire dire qu'il te manque des hrs pour 15 semaines de maladies c est mon histoire en cotisations des années passées je l'ai avait payer pour dire que les députés devraient ces lever pour changer lors politique comme je me suis fais dire mais que c'est argent aurai beaucoup aider dans la maladie lever vous députés et changer cette politique et aider les gens tu as payer du chômage dans ta vie tu a le droit à de laide moi je contribue alors je peu me lever et j est même une histoire merci



    Luce Daoust - 2018-01-19 18:06
  • Je suis 100% d’accord avec toi.
    Tu es très forte. Continue.
    Je t’envoie des ondes positives.
    Andreanne

    Andreanne - 2018-01-19 10:45
  • Je suis tout à fait d’accord les gens souffrant de grave maladie devrait avoir des prestations beaucoup plus longues. Par contre quand je vois des gens en pleine forme parler d’un trou noir je n’en reviens pas. Quand tout le monde sait qu’il y a plein de job la raison cest que le chômage est une façon de vivre pour beaucoup beaucoup monde des régions ils ne veulent pas travailler à temps plein. Je m’excuse mais quand tu sais que tu n’aura plus chômage t’arrête de te lamenter et manifester et tu garde ton énergie à te trouver un emploi et s’il y aurait moin de profiteurs les malade pourraient avoir de plus longues prestations.mais nos politiciens non pas courage de dire les vrai choses ils préféraient des votes.

    Realiste - 2018-01-19 08:44