Publicité
12 janvier 2018 - 14:52

Croissance de l’achat en ligne

« C’est aux commerçants de s’ajuster » - Christian St-Pierre

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 2

Alors que l’année 2017 a été marquée par une importante croissance de l’achat en ligne partout au Canada, l’homme d’affaires témiscouatain Christian St-Pierre croit que c’est aux entrepreneurs de s’ajuster et d’en faire plus. Pour connaître du succès, un commerce doit avoir les bons produits, les bons prix, un excellent service-client et un bon endroit, illustre-t-il simplement. 

Cette année, 82 % des Canadiens ont préféré régler des achats des fêtes en restant confortablement assis à la maison ou au bureau au lieu d’affronter le chaos des centres commerciaux et des magasins à grande surface, selon le site Ebates.ca. Un chiffre énorme. D’après ce même sondage, 1 personne sur 5 a effectué ses achats «à la dernière minute», préférant ainsi l’achat en ligne. 

S’il estime avoir vécu un mois de décembre «très bon» à son commerce, le propriétaire de J.A. St-Pierre & Fils, à Témiscouata-sur-le-Lac, admet que la popularité de l’achat en ligne – et celle de sites transactionnels comme Amazon notamment – se fait sentir. 

«Nous sommes très contents de notre temps des fêtes, ç’a été une très bonne saison, mais c’est certain qu’on ressent une incidence. Certain, certain, certain», lance Christian St-Pierre au bout du fil.

L’homme d’affaires n’est cependant pas du genre à mettre le tort sur les consommateurs, bien au contraire. Il ne croit d’ailleurs pas vraiment au concept d’achat local. Pour lui, le commerçant à la responsabilité de la vente. «Ce n’est pas secret, il faut avoir les bons produits, le bon prix, le bon service-client et un bon endroit. Les gens se déplacent, il faut avoir ce qu’ils cherchent et répondre à leurs besoins.»  

Constate-t-il chez lui ce phénomène selon lequel les consommateurs viennent en apprendre davantage sur un produit en magasin avant d’aller l’acheter sur le Web lors du retour à la maison? «Ça se fait un peu, c’est certain, mais c’est notre responsabilité de faire en sorte que nous vendons le produit. Avec de bons employés, qualifiés, le client fait plus que s’informer, il achète.»

Évidemment, la première étape est d’attirer la clientèle en magasin. «Le commerce a changé et il va continuer de changer. Il faut être à jour et s’ajuster (…) Avec J.A. St-Pierre & Fils, nous sommes chanceux, puisque nous avons investi dans un magasin neuf en 2016 et cela nous donne un coup de main. Si nous n’avions pas fait ça, ce serait encore plus difficile», convient-il. 

TAXES

Christian St-Pierre concède aussi que le gouvernement doit faire sa part dans cette lutte contre le commerce en ligne. À cet égard, il réfère au discours du président et directeur général de La Maison Simons, Peter Simons, qui a demandé aux gouvernements d’adopter des politiques fiscales équitables, cet automne. À l’émission Tout le monde en parle, il avait souhaité un meilleur leadership et une plus grande vision à l’ère où une économie basée sur le numérique prend de l’ampleur.

«Prix pour prix, nous pouvons être compétitifs avec ce que l’on retrouve sur le Web, mais c’est vrai que c’est au niveau des taxes que ça fait mal. Il faut un grand changement de ce côté-là», croit-il.

Fort et confiant de son service en magasin, J.A. St-Pierre inaugurera tout de même une plateforme transactionnelle à son site au cours des prochains mois afin d’ajouter un service supplémentaire à son offre déjà bien élargie.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Par expérience vécue, Amazon reprend et échange tout produit défectueux ou rembourse et honore ses garanties. Achat local : je suis d’accord. Mais quand j’achète un produit défectueux garanti 30 ans et que plus de 4 mois après l’achat on attend toujours un suivi sur le cas et une forme de règlement. Disons-le franchement : c’est moche et démotivant . Donc Achat local pour moi c’est simple: Si le prix, la qualité et le service après-vente font du sens : oui, j’encourage ma région! Mais je ne payerai plus des prix exorbitants pour de la faible qualité par contre mon cher Christian.

    André - 2018-01-13 11:05


  • Si les propriétaires de petits commerces fonctionnaient sur une base commune ,ils voleraient beaucoup de clients à Amazon mais , pour l'instant ,les gens n'ont pas compris le système .

    Par exemple ,si je commande un CD sur un site regroupant les marchands québécois et qu'on m'envoie le CD à partir des marchands les plus près de mon domicile , je sauve sur le transpoort et j'encourage local.

    Demandez à votre député comment Postes Canada donne à Amazon par colis en ristourne pour chaque paquet livré chez -vous « sans frais de poste » ? Bezos ,il est mort de rire à l'autre bout .

    D.M. - 2018-01-12 16:43