Publicité
6 janvier 2018 - 07:19

Des Jeux de la francophonie canadienne mobilisateurs

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

En 2002, la Ville de Rivière-du-Loup est devenue la toute première municipalité au Québec à accueillir les Jeux de la francophonie canadienne, du 1er au 4 aout. Cet évènement majeur a laissé un héritage important aux Louperivois : le souvenir d’une mobilisation citoyenne grandiose qui sera de nouveau demandée lors des Jeux du Québec 2021. 

Carol Jean se souvient très bien de ces Jeux qui ont amené plus de 1200 jeunes francophones de partout au Canada au Bas-Saint-Laurent, le temps de quelques jours. Président du comité organisateur, il a fait partie de ce groupe d’hommes et de femmes qui ont rendu l’évènement possible après plus de 18 mois de travail. 

«Pour moi, les Jeux de la francophonie de Rivière-du-Loup ont marqué l’imaginaire par la synergie créée dans le milieu, par l’importance de l’évènement compte tenu du nombre de jeunes attendus et par l’impressionnante visibilité qu’ils ont offert à la région», a-t-il expliqué lorsque rejoint au téléphone. 

C’est en effet plus de 1200 bénévoles, soit plus d’une personne par athlète, qui ont levé la main afin de participer à ce rassemblement d’envergure. «On y était allé par étapes et c’est ce qu’il fallait faire. On avait vraiment réussi à créer un gros engouement. À quelques jours de la cérémonie d’ouverture, on avait même dû refuser des bénévoles!», se souvient-il, en riant.  

Rendez-vous majeur ralliant trois volets, les sports, les arts et la formation (leadership), les Jeux de la francophonie ont rassemblé des jeunes de partout au pays, des Territoires du Nord-Ouest au Labrador. Les médias nationaux étaient aussi présents du début à la fin. 

«On a répertorié environ 300 reportages, ça n’avait pas de prix pour Rivière-du-Loup. Une fois les Jeux complétés, cette visibilité a été évaluée à quelques millions de dollars. Les commentaires des journalistes étaient élogieux. C’était une grande réussite», se rappelle M. Jean. 

L’arrivée de la flamme à partir de Memramcook, au Nouveau-Brunswick, fait aussi partie des souvenirs de plusieurs. Encore aujourd’hui, la vasque de 16 pieds trône devant l’École secondaire de Rivière-du-Loup. Différentes infrastructures avaient aussi été bâties et aménagées pour l’occasion. 

JEUX DU QUÉBEC 

Évidemment un parallèle intéressant peut être fait entre les Jeux de la francophonie canadienne de 2002 et les prochains Jeux du Québec 2021 tenus à Rivière-du-Loup. La population devra être mobilisée, des bénévoles et des partenaires financiers trouvés et un engouement créé. 

«Les Jeux de la francophonie ont permis de prouver que le milieu est capable de se mobiliser. C’est de bonne augure pour les Jeux du Québec qui seront aussi majeurs pour la région.»

Chose certaine, si ce n’était pas déjà acquis, Rivière-du-Loup s’est créé une réputation d’excellence et a démontré une capacité organisationnelle exceptionnelle en 2002. 

 

Publicité

Commentez cet article