Publicité
22 décembre 2017 - 15:14 | Mis à jour : 15:37

Un peu de chaleur pour Noël

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 2

Une initiative visant à venir en aide aux gens en situation de pauvreté ou même d’itinérance vient de voir le jour à Rivière-du-Loup, à quelques jours de Noël. Vendredi après-midi, les arbres du parc Blais étaient ornés de mitaines, tuques et foulards que les gens dans le besoin pourront venir chercher. 

L’initiative est celle de Sylvie Sirois, une résidente de Saint-Antonin. Inspirée par un mouvement qui a touché différentes villes canadiennes et américaines, dont Trois-Rivières et Sherbrooke, elle a décidé d’emboiter le pas cette année. 

«C’est un geste de générosité et de solidarité. Quand on m’a parlé de cela, j’ai trouvé que c’était tellement une belle idée», explique-t-elle. 

Depuis une semaine, Mme Sirois parle de son projet sur les réseaux sociaux. Elle tente de faire passer le mot et d’encourager les gens à la suivre dans cette aventure. «Les gens disent qu’on n’a pas de sans-abri ou de personnes pauvres à Rivière-du-Loup, mais ce n’est pas vrai, il y en a beaucoup», a ajouté la dame au grand cœur. 

Les accessoires qu’elle a accrochés vendredi sont de belle qualité. Elle en avait d’ailleurs une vingtaine de disponibles. «Je suis même allé en acheter ce matin. Je trouve cela important. Je veux que les gens qui ont froid puissent avoir chaud comme moi j’ai chaud.»

ILLÉGALE?

Vendredi en début de journée, Sylvie Sirois a contacté la Ville de Rivière-du-Loup pour l’informer de ses actions à venir. On lui a répondu que ce n’était pas possible, faute de permis. Elle n’était simplement pas au courant. 

«J’en avais aucune idée, mais je ne pouvais pas me défiler. J’avais dit souvent que je voulais le faire, alors je suis là», indique Mme Sirois. «Je ne veux absolument pas nuire à la municipalité ou quoi que ce soit. Je ne veux pas créer de problème. Je souhaite seulement faire un beau geste pour Noël.»

Évidemment, il serait surprenant que les autorités lui fassent cadeau d’une amende, mais les chances restent élevées que ces accessoires d’hiver soient enlevés et transportés à la Société Saint-Vincent-de-Paul. Pire, les objets pourraient être pris par des personnes mal intentionnées. 

«Je ne le souhaite pas, mais je sais que c’est possible. J’espère seulement pouvoir aider une personne aujourd’hui. C’est mon objectif.» À ceux et celles qui croient que le geste aurait été plus efficace en allant directement à l’organisme d’aide aux démunis, elle répond : «La Saint-Vincent-de-Paul sera-t-elle ouverte ce soir? Non. Les vêtements ici seront disponibles.»

Sylvie Sirois souhaite faire de l’initiative quelque chose de récurent à Rivière-du-Loup. L’an prochain, elle promet prendre de l’avance et d’obtenir un permis auprès de l’administration municipale. 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Excellente idée madame Sirois. La St-Vincent de Paul n'est pas ouverte 7 jours sur 7, ni en soirée, ni Noel, ni le lendemain.

    Thérèse Legault - 2017-12-22 22:01
  • Parce que ça prend maintenant un permis pour mettre en oeuvre une initiative bénéfique à autrui gratuitement, pour venir en aide aux autres et réaliser une bonne action pour son prochain moins fortuné ou carrément démuni??? Si je veux déneiger l'allée de mon voisin parce qu'il est âgé, est-ce que ça prendra aussi un permis? Si je décide d'aller chanter des airs de Noël dans le parc pour égayer la vie des passants, j'aurai besoin d'un permis? Un permis pour faire preuve de compassion et d'entraide? D'accord pour un encadrement de la façon de faire, mais honnêtement, un permis... Je suis soufflé et découragé... C'est ainsi qu'on étouffe le sens de l'initiative et le goût de réaliser des projets spontanés et bénévoles pour sa communauté...

    Sylvain Dionne - 2017-12-22 18:29