Publicité
18 décembre 2017 - 08:00 | Mis à jour : 19:49

Une grande dame nous a quitté, Paulette Griffin

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Mairesse de Cabano pendant plusieurs années et directrice plus de 20 ans d’un centre d’éducation des adultes au Témiscouata, Paulette Griffin est décédée récemment au Centre hospitalier de Notre-Dame-du-Lac à Témiscouata-sur-le-Lac. Mme Griffin a d’abord été élue comme conseillère municipale à la Ville de Cabano de 1976 à 1981 puis comme mairesse jusqu’en 1997.

Christiane Bérubé dans un document «Femmes engagées : pour une pratique alternative de développement», produit dans la collection «Témoignages et analyses» et publié par le Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec, nous parle de cette personne vouée à son milieu.

«Elle s’est impliquée en particulier au Syndicat des enseignants et enseignantes du Témiscouata, dans les cercles d’économie domestique, à la Commission scolaire, dans les Opérations Dignité, à la Corporation de l’aménagement rural transcontinental, au développement des programmes Sésame (portant sur le développement de l’andragogie), au palier municipal, où elle occupe successivement des postes de conseillère et de mairesse et au niveau du Conseil régional de développement.

Au cours de cette trentaine d’années d’engagement, le principal obstacle auquel elle raconte avoir dû faire face est la résistance au changement. Le moyen qu’elle affirme avoir privilégié pour la contrer a été de miser sur la diffusion d’informations transparentes, précises et simples. (…)

Tout en croyant que les groupes de femmes ont réellement permis à ces dernières de se reconnaître capables de jouer les mêmes rôles et d’assumer les mêmes tâches que les hommes en société, Paulette pense qu’aujourd’hui il faut davantage miser sur des regroupements composés de femmes et d’hommes pour partager une vision commune et entrevoir des solutions concertées en regard des problématiques de développement locales et régionales.»

L’une des dernières implications de Paulette Griffin a été la présidence d’honneur de la campagne de financement de l’École de musique du Témiscouata en 2011.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • effectivement une page d'histoire se tourne. a une certaine époque à la table de la mrc du témiscouata il y avait 4 femmes c'était pas loin d'être une première début 1990 avec madame Griffin pour cabano, madame landry pour st-honoré,madame Rosa pour st-elzear et madame lebrun pour st-eusèbe. Bravo aux pionnières.

    JMC Lebel - 2017-12-19 18:07