Publicité
13 décembre 2017 - 11:54

Calko : le site plus contaminé que prévu

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Les récents travaux de réhabilitation environnementale des sols de certaines portions du terrain de l’ancienne usine Calko n’ont pas été suffisants pour enrayer la contamination que l’on y trouve depuis l’incendie de juillet 2011. La Ville de Rivière-du-Loup a appris que le problème est plus important que prévu et qu’une deuxième phase sera nécessaire. 

La mairesse Sylvie Vignet a fait le point sur la situation, le 11 décembre, lors de la dernière séance du conseil municipal. Elle a indiqué que les professionnels ont découvert que la contamination a touché un secteur plus large que les 1 600 mètres cube de sol ciblés initialement. 

«De nombreux relevés ont pourtant été faits (…) La contamination serait présente plus profondément dans le sol et sur une superficie plus large», a expliqué Mme Vignet. 

Près de 200 000 $ devront donc être investis pour enrayer complètement le problème. Si le site de l’ancienne usine en est un de choix à Rivière-du-Loup, le conseil municipal est catégorique, la poursuite des travaux sera conditionnelle à l’obtention d’un soutien financier d’un programme gouvernemental. Lors des récents travaux, la Ville avait bénéficié du programme ClimatSol à la hauteur de 68 000 $. «On ne bougera pas sans ça, c’est définitif», a-t-elle ajouté.  

Le site a évidemment une grande valeur à Rivière-du-Loup. Situé sur le bord de la rivière, il offre de très intéressants points de vue et serait idéal pour un milieu de vie serein. «Ce terrain a une valeur inestimable. Il ne faut pas oublier qu’on l’a obtenu pour seulement 1 $. Nous ne sommes pas inquiets par les frais nécessaires à sa décontamination.»

Rappelons que cet espace résidentiel, situé au 5, rue Ste-Anne, devrait accueillir le Domaine Kogan, un écoquartier d’environ 200 logements. Depuis son élection, Sylvie Vignet n’a cependant pas caché qu’elle souhaitait revoir ce projet qui date déjà de plusieurs années. Le début des travaux de décontamination était en effet prévu en 2011 alors que les travaux, eux, étaient anticipés dès 2012.

 

Publicité

Commentez cet article