Publicité
7 décembre 2017 - 11:32

Des chirurgiens dépanneurs trouvés pour l’hôpital de Notre-Dame-du-Lac

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Bonne nouvelle pour les résidents du Témiscouata. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent confirme avoir réussi à combler la grande majorité des périodes de découverture du bloc opératoire du centre hospitalier de Notre-Dame-du-Lac. Plusieurs chirurgiens dépanneurs ont été trouvés si bien qu’il ne reste que trois petites plages horaires à couvrir. 

L'annonce d'une possible fermeture du bloc opératoire pour une durée indéterminée est donc maintenant du passé. D’ici le mois de juin, celui-ci sera ouvert et fonctionnel plus souvent qu’autrement. 

«Nous sommes toujours à la recherche de chirurgiens pour trois périodes, soit du 18 janvier au 1er février, le 9 février et du 24 mai au 3 juin, mais c’est tout. Autrement, les besoins sont comblés», soutient Lise Chabot, responsable des médias. 

La situation réjouit évidemment le CISSS du Bas-Saint-Laurent. «Nous sommes très heureux de ce qui a été accompli, mais nous poursuivons nos efforts pour trouver de nouveaux chirurgiens dépanneurs intéressés à venir nous donner un coup de main. Nous sommes confiants d’y arriver.»

Rappelons que l’hôpital de Notre-Dame-du-Lac risquait une certaine découverture médicale puisque les deux chirurgiennes en poste dans les derniers mois doivent s’absenter. L’une quittera la région définitivement ce mois-ci alors que l’autre est en congé de maternité jusqu’en juin.

La situation avait inquiété plusieurs résidents du Témiscouata dans les dernières semaines. Malgré tout, l’une des deux chirurgiennes, Dre Émilie Desrosiers, avait été rassurante dans une publication d’abord diffusée sur les réseaux sociaux, puis reprise par certains médias dont l’Info Dimanche. 

«Il n’est pas question de fermeture du bloc opératoire et cela n’est pas envisagé même si aucun chirurgien remplaçant n’est trouvé. Même si la présence d’un chirurgien général est ce qui nourrit en grande partie notre bloc opératoire, d’autres activités peuvent s’y pratiquer et il n’est pas question pour l’instant de diminuer les journées d’ouvertures du bloc opératoire. En l’absence d’un chirurgien, les services d’autres professionnels de la santé peuvent être mis à contribution pour garder un certain niveau d’activité et c’est ce qui sera fait si aucun chirurgien remplaçant n’est trouvé», avait-elle écrit. 

«Si un chirurgien remplaçant est présent, celui-ci pourra vous évaluer dans les délais habituels et probablement vous offrir de pratiquer l’intervention également. La majorité des patients pourront être vus et opérés à Notre-Dame-du-Lac dans des délais tout à fait raisonnables», avait-elle ajouté. 

Notons que le CISSS du Bas-Saint-Laurent serait également toujours à la recherche d'un ou d'une spécialiste qui remplacera le départ. 

 

 

Publicité

Commentez cet article