Publicité
22 novembre 2017 - 13:04

De meilleures conditions pour les tout-petits, mais…

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Pour une 2e année, l’Observatoire des tout-petits a lancé un portrait québécois ciblant la situation des enfants de 0 à 5 ans. Au Bas-Saint-Laurent, comme ailleurs en province, les données indiquent qu’ils viennent généralement au monde dans de meilleures conditions depuis 30 ans, mais certains éléments demeurent néanmoins préoccupants. 

Au nombre de 534 939 au Québec, les tout-petits étaient 11 095 dans la région du Bas-Saint-Laurent en 2016, représentant 5,5 % de la population. Selon les données recueillies par l’Observatoire, près de 50 % de ceux-ci grandissent dans une famille de deux enfants. Plus de 80 % de toutes les familles restent d’ailleurs intactes. 

Contrairement à d’autres régions de la province, on note cependant au Bas-Saint-Laurent une diminution de 4,2 % des naissances entre 2006 et 2016, une donnée marquante, alors qu’on constate plutôt une augmentation de 5,4 % dans l’ensemble du Québec. 

Notons que les tout-petits bas-laurentiens vivant dans une famille à faible revenu (7,2 %) après impôts est aussi moins élevée dans notre région que dans le reste de la province. Ce taux s’établissait à 12,6 % en 2004. 

SANTÉ PHYSIQUE 

La santé physique des jeunes enfants s’est aussi améliorée dans les 10 dernières années en ce qui concerne l’asthme, les blessures non intentionnelles et les maladies infectieuses. Le Bas-Saint-Laurent fait bonne figure de ce côté, affichant des statistiques en-deçà des moyennes québécoises. Par exemple, entre 2013-2016, le taux annuel d’hospitalisations pour asthme était de 70,5 pour 100 000 enfants comparativement à 162 au Québec. 

Le portrait révèle également que l’accès à un médecin de famille ou à un pédiatre est plus facile au Bas-Saint-Laurent qu’ailleurs, puisque près de 96 % des familles de la région en comptaient un en 2015.  

CE QUI PRÉOCCUPE

Au Québec, tout comme dans la région, certains éléments demeurent toutefois préoccupants. C’est notamment le cas des taux de césariennes (25,7 % en 2015), de l’embonpoint et de l’obésité, de la santé mentale et du développement des tout-petits. 

Entre 2012 et 2015, un enfant âgé de 36 à 60 mois sur trois était à risque d’embonpoint, faisait de l’embonpoint ou était obèse. Par ailleurs, environ les trois quarts des enfants de 3 à 5 ans ne respectaient pas les recommandations en matière de temps passé devant un écran.

«Les études indiquent que les habitudes instaurées tôt ont tendance à persister avec le temps. Il est donc important de travailler sur cela. C’est une question qui mérite encore toute notre attention, malgré tous les efforts mis dans les dernières années», souligne Fannie Dagenais, directrice de l’Observatoire des tout-petits.

Au sujet de la maladie mentale, le nombre de diagnostics a augmenté significativement entre 2000 et 2016, passant de 3,5 % à 4,8 %. Ainsi, 22 010 enfants québécois de 1 à 5 ans ont reçu un diagnostic pour un trouble mental, en majorité pour un retard spécifique du développement ou des troubles de comportement. D’autres troubles comme le trouble du spectre de l’autisme (TSA), l’anxiété, la dépression ou le TDAH ont aussi été diagnostiqués chez les tout-petits, mais en moins grande proportion.

Le développement des enfants est aussi préoccupant. Au Bas-Saint-Laurent, 25,2 % des enfants de la maternelle étaient vulnérables dans au moins un domaine de développement en 2012. Parmi ces enfants, 55,2 % étaient vulnérables dans 2 domaine ou plus. Celle proportion est significativement plus élevée que celle observée dans le reste du Québec. 

SEMAINE DES TOUT-PETITS

Du 19 au 25 novembre 2017, la Grande semaine des tout-petits est l'occasion de communiquer et de susciter le dialogue autour du développement des tout-petits, de mettre en lumière des initiatives locales et régionales qui soutiennent la petite enfance et de mobiliser l'ensemble de la société. Plusieurs activités et évènements se déroulent partout au Québec tout au long de la semaine.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de l’Observatoire des tout-petits et pour obtenir le Portrait entier, consultez le www.tout-petits.org.

 

Publicité

Commentez cet article