Publicité
5 novembre 2017 - 13:03

Pierre Lebel, plus de 40 ans de passion à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Son travail s’est fait souvent dans l’ombre, et quand il ne l’était pas, il est arrivé qu’il soit mal interprété. Pourtant, au cours des 40 dernières années, plusieurs actions coordonnées par l’ingénieur Pierre Lebel ont permis à Rivière-du-Loup d’être plus sécuritaire et de se développer. Coup de fil avec celui qui se retirera bientôt après une carrière consacrée à sa ville. 

Natif de Rivière-du-Loup, Pierre Lebel a été engagé en mai 1976. Quand son contrat prendra fin en 2018, cela clôtura près de 42 ans de métier et de loyauté à la Ville. Une marque, qui aujourd’hui peut paraitre énorme, mais qui a été atteinte tout à fait naturellement par le principal intéressé. 

«Je viens d’ici et j’ai toujours eu la conviction de travailler à ce que la Ville s’améliore. Tout au long de ma carrière, j’ai eu la motivation de m’assurer qu’elle fonctionne bien. J’ai aussi toujours voulu être un des participants à son développement», explique celui qui a longtemps agit à titre de directeur du Service de l’ingénierie avant qu’il y ait réorganisation avec les services des travaux publics et de l’environnement et du développement durable.

Le visage de Rivière-du-Loup a bien changé, en quatre décennies. La fusion avec Saint-Patrice et le développement domiciliaire des quartiers ont été importants, tout comme la construction d’infrastructures diverses. C’est sans parler des améliorations dans la gestion des eaux et tout le travail réalisé dans le «sous-sol».

Alors, des projets marquants M. Lebel? «La construction de Centre Premier Tech et l’aménagement de l’entrée Ouest de Rivière-du-Loup ont été pour moi des projets majeurs», répond-t-il du tac au tac. 

En 2005, quand les Louperivois ont pu finalement profité d’une deuxième glace couverte, le projet a rapidement fait des envieux au Québec en raison des nouvelles technologies dont il profitait. «Le Centre Premier Tech a été plusieurs années une vitrine pour la ville. C’était une fierté, puisqu’on recevait régulièrement des représentants d’ailleurs en province souhaitant s’inspirer du travail accompli ici», se souvient-il. 

Quant à l’entrée Ouest, la réalisation du carrefour giratoire n’a pas fait que des heureux et il a soulevé des questions. Reste qu’aujourd’hui, le secteur est fonctionnel et prêt à accueillir de nouvelles infrastructures. «Les citoyens se sont adaptés et se rendent compte que c’est sécuritaire. Ce secteur bouge et des entreprises s’y implanteront. Le carrefour a été pensé avec la possibilité de phases subséquentes en cas de besoin.»

DÉFIS

Parmi les responsabilités de Pierre Lebel au cours des années, il y a eu évidemment celle de s’assurer que les infrastructures sous-terraines municipales soient « A1 », condition essentielle au développement et à l’amélioration de celles en surface. Or, l’ingénieur a parfois dû travailler à convaincre les citoyens, qui de prime abord, n’étaient pas tous en faveur de certaines idées ou certains projets. 

«C’est un beau défi de définir un projet aux gens et d’expliquer pourquoi il a été décidé de faire ainsi. Ce n’est pas toujours évident de faire comprendre avec un plan en trois dimensions», reconnaît-il. «Mais il y a un travail d’équipe derrière chaque projet. La qualité prime.»

Dans le futur, Pierre Lebel espère que la Ville continuera d’avoir de la vision, c’est-à-dire de voir à long terme et de préparer les besoins futurs. Il constate que plusieurs défis se présenteront à elle, notamment dans la gestion et la consommation de l’eau, ainsi que dans le développement de son réseau et de ses terrain, toujours dans une visée de développement durable. 

Fier Louperivois, Pierre Lebel aura avec certitude le développement de la ville à l’œil. 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je sais pas quelle journée tu arrêtes de travailler pour la Ville, mais je te souhaite une bonne retraite.

    Sylvain Jean - 2017-11-06 14:55