Publicité
31 octobre 2017 - 06:54

Un Défi Everest plus accessible en 2018

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

La 6e organisation du Défi Everest se fera sous le signe de l’accessibilité, les 21, 22 et 23 septembre 2018. L’organisation a annoncé cette semaine une baisse de la levée de fonds requise, la possibilité de créer des équipes de 3 à 20 participants et l’ouverture aux organismes de tous les horizons, qu’ils soient consacrés aux jeunes ou non. 

Par ses mesures, et plusieurs autres, les bénévoles derrière le Défi Everest souhaitent démocratiser l’évènement et ainsi permettre au plus grand nombre de personnes, peu importe leur âge et leur condition physique, de relever le défi et de toucher au sommet. 

«Après 6 ans, il était temps de s’adapter aux nouvelles réalités et de revoir notre façon de faire. La baisse du montant demandé en levée de fonds était nécessaire, on sentait le besoin», partage le président Régis Malenfant. 

Concrètement, le minimum de levée de fonds requis est maintenant de 500 $ pour les équipes de 3 à 5 personnes et de 100 $ par participants pour les équipes de 6 à 20 personnes. Par exemple, une équipe de 7 devra contribuer à la hauteur de 700 $ cette année, contrairement à 1 500 $ par les années passées. Notons cependant que ces montants ne comprennent pas les coûts d’inscriptions initiaux. 

«Certains pourront penser que nous allons remettre moins d’argent aux organismes en faisant ainsi, mais au contraire, nous sommes confiants que ces décisions amèneront encore plus de participants et que tout s’équilibrera», ajoute l’instigateur Yvan L’Heureux. 

Bien qu’il souhaite mettre l’accent sur le développement de la jeunesse, le Défi Everest s’ouvre désormais «aux autres missions et projets qui comptent». Tous les organismes sont invités à présenter un projet et non simplement les organismes jeunesses. «Que ce soit la Bouffe Pop, un groupe de médecins de l’hôpital qui souhaite collecter des fonds pour l’achat d’une nouvelle machine ou la Maison des soins palliatifs, c’est possible», explique M. L’Heureux. 

ÉCOLE AU SOMMET 

Les festivités du Défi Everest seront cette année lancées par une marée de jeunes étudiants, alors que le module École au Sommet sera lui aussi bonifié. Tous les élèves des 5e et 6e années du primaire, soit plus de 750 jeunes, ont été invités à réaliser le défi avec leurs camarades de classe et leurs enseignants. Cette activité, gratuite, est prévue le vendredi 21 septembre avant le départ du Macadam Ultra. 

Parlant des Ultras, ceux-ci pourront être 75 cette année à réaliser au moins 48 montées en 48 heures dans la nouvelle côte Saint-Pierre. Là aussi, le coût d’inscription a été revu à la baisse, soit 250 $ contre 350 $ en 2017. «On pense que les places disponibles vont s’envoler rapidement.»

Concernant le Macadam Ado, l’organisation a le désir de le tenir dans la nuit de vendredi à samedi. Les ados seront invités dans une formule unique et ils auront dorénavant 12 h afin de faire le plus de montées possible. Avec la contribution de 60 $, une fête leur sera aussi organisée au petit matin. 

Enfin, les jeunes souhaitant participer aux montées collectives du dimanche pourront toujours le faire grâce au module Yétis. Chaque jeune de 4 à 12 ans peut ainsi relever son propre défi à un coût d’inscription de 10 $. 

CORDÉE INFO DIMANCHE 

Par ailleurs, notons que la Cordée Info Dimanche revient également cette année. On aimerait qu’elle soit cette fois composée de 25 grimpeurs mécènes qui assureront la pérennité de l’évènement. En gros, l’argent amassé couvre certains frais du Défi et permet de ne pas diminuer les montants remis aux organismes. 

Rappelons que l’organisation du Défi Everest est toujours à la recherche de nouveaux commanditaires pour le Sommet et les modules Macadam Ultra – Macadam Ado, et Yéti. 

 

Publicité

Commentez cet article