Publicité
24 octobre 2017 - 10:06

Grève dans 20 CPE du Bas-Saint-Laurent le 30 octobre

Toutes les réactions 1

À moins d’un développement positif à la table nationale de négociation les 24 et 25 octobre, il y aura grève d’un jour, le 30 octobre, dans environ 400 CPE (578 installations) au Québec syndiqués à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Cette grève pourrait comprendre 20 CPE au Bas-Saint-Laurent. Si les pourparlers en viennent à un échec, le comité national de négociation des CPE annoncera cinq autres journées de grève conformément au mandat voté à 94 % par les 11 000 travailleuses. Dès lors, les parents utilisateurs des services éducatifs sont invités à trouver une alternative à la garde de leur enfant lors de cette première journée de grève.

«Le Conseil du trésor, le ministère de la Famille et les associations d’employeurs doivent se rendre à l’évidence, affirme Louise Labrie, porte-parole du comité national de négociation des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). Nous allons exercer notre mandat de grève à moins d’une entente satisfaisante. Ça fait plus de deux ans et demi que nous sommes sans contrat de travail et sans protection contre la détérioration de nos conditions de travail due aux politiques d’austérité du gouvernement. Les 24 et 25 octobre et dans les jours suivants, s’il le faut, "ça passe ou ça casse".»

Jusqu’ici, une trentaine de rencontres ont permis de régler la plupart des conditions de travail non pécuniaires. Cependant, les discussions se poursuivent toujours sur des enjeux liés à la mission même des CPE, tels que la protection de la qualité éducative et le soutien aux enfants ayant des besoins particuliers effectués par des éducatrices et des éducatrices spécialisées, les ratios enfants/éducatrice, la planification pédagogique, la participation au conseil d’administration et à l’assemblée annuelle.

«Une chose est certaine : les travailleuses refusent les reculs demandés entre autres aux régimes d’assurance et de retraite. Elles réclament aussi les mêmes hausses salariales que celles accordées au secteur public. Pas celles accordées aux médecins», ajoute Louise Labrie.

Les deux séances de négociation des 24 et 25 octobre prévues depuis longtemps coïncident avec le début des audiences de la Commission sur l’étude du projet de loi n°143, Loi visant à améliorer la qualité éducative et à favoriser le développement harmonieux des services de garde éducatifs à l’enfance. 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Parents dans la m... et gouvernement sauvera des million$ cette journée là... bon move.....

    Parent ds le caca a chaque fois... - 2017-10-25 18:17