Publicité
27 septembre 2017 - 06:53 | Mis à jour : 08:00

Prudence près des zones scolaires

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Au cours de la matinée du 26 septembre, plus de 100 automobilistes circulant sur la rue Principale de Saint-Arsène se sont fait rappeler les règles de bonne conduite dans les zones scolaires. 

Cette activité de sensibilisation se tient au début de l’année scolaire dans toutes les municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup. L’agent de la Sûreté du Québec Dave Ouellet était pour l’occasion accompagné de Sylvain Brousseau, directeur du transporteur scolaire Camille Mailloux de Rivière-du-Loup.

«Les gens oublient l’été parce qu’il n’y a pas d’école et reprennent des faux plis. Il faut recommencer à zéro à toutes les années. On prend un petit peu plus de temps, mais on sauve des vies», estime Dave Ouellet de la Sûreté du Québec. Ce dernier constate une amélioration du comportement des automobilistes après ces activités de sensibilisation.

M. Ouellet rappelle aussi l’importance de respecter les brigadiers en service. Les enfants sont souvent imprévisibles près des corridors scolaires, et il est ainsi primordial de redoubler de prudence.

«On ne le répète pas assez souvent. Il y a toujours des automobilistes téméraires qui passent sur l’arrêt obligatoire des autobus scolaires. C’est une sensibilisation qui est requise», complète Sylvain Brousseau. Une autre activité de sensibilisation, cette fois avec des brigadiers scolaires s’est tenue la semaine dernière près de l’école primaire à Saint-Antonin. D’autres sont à venir partout sur le territoire.

INFRACTIONS

Lorsque les feux de l’autobus scolaire s’activent, les automobilistes doivent se préparer à arrêter. Lorsque le panneau d’arrêt est déployé, tous les véhicules doivent être immobilisés à plus de cinq mètres de l’autobus, sans quoi ils commettent une infraction au Code de la sécurité routière.

Les contrevenants s’exposent à neuf points d’inaptitude et une amende de 200$, plus les frais, de quoi dissuader les conducteurs impatients.

 

Publicité

Commentez cet article