Publicité
24 septembre 2017 - 07:32

Fanny Martin Belisle en quête d’un logement adapté

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Née avec une malformation de la colonne vertébrale qui la paralyse de la taille aux pieds, le spina-bifida, Fanny Martin Belisle de Rivière-du-Loup a lancé au début du mois de septembre une campagne de financement dans le but de quitter la résidence de personnes âgées qu’elle habite, peu adaptée pour sa condition.

La jeune femme de 20 ans habite depuis six mois à la Résidence Reine-Antier de Rivière-du-Loup, une ressource privée dédiée aux personnes âgées autonomes et semi-autonomes. «Les activités ne sont pas pour moi. Ce ne sont pas des personnes de mon âge, nous n’avons pas les mêmes intérêts. Du bingo et de la danse, ça ne m’intéresse pas. Je sors pratiquement seulement pour les heures de repas», explique-t-elle. Depuis qu’elle a neuf ans, elle se promène de famille d’accueil en famille d’accueil, parfois hébergée avec d’autres personnes présentant des déficiences intellectuelles, et a vécu plusieurs déménagements.

C’est une amie qui l’a convaincue de débuter une campagne de financement pour l’encourager à réaliser son projet. Fanny Martin Belisle ne croyait pas voir un tel engouement après la médiatisation de son histoire. «J’ai été contactée par une dame qui voulait m’offrir son logement à Rivière-du-Loup, mais mon but est vraiment de m’en aller à Québec pour être plus près de mon centre de réadaptation et avoir plus de services», souligne-t-elle. Elle croit aussi qu’un plus large éventail d’emplois disponibles pour les personnes avec un handicap physique s’offrira à elle dans un grand centre.

Pour le moment, l’objectif de sa campagne de financement est fixé à 10 000$, ce qui lui permettra de défrayer les couts d’adaptation d’un logement, si nécessaire, et de financer l’achat de meubles.

Elle souhaite par la suite terminer son secondaire, ou trouver une équivalence et se trouver un emploi en lien avec la cuisine ou les animaux. Fanny Martin Belisle n’exerce pas d’emploi et le montant qu’elle touche chaque mois sert à payer son loyer à la résidence pour personnes âgées. «Je ne veux pas rester 10 ans ici en attendant d’économiser pour avoir mon propre logement.»

Il est possible de l’encourager par un message ou un don en se rendant sur le site web suivant : https://www.onedollargift.com/ca-fr/Reve-Appartement-adapte-23926.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Si le Québec accordait plus de pouvoir aux Super-Infirmières, comme c'est le cas en Ontario, où il y a 45 cliniques dirigées par ces dernières, sans encadrement de médecin, mais qui utilisent les médecins lorsque requis, il serait plus facile de régler les situations comme celle de Fanny Martin Belisle.


    André mainguy - 2017-09-24 17:25