Publicité
28 septembre 2017 - 06:56

Environ 2,6 M$ en ressources humaines supplémentaires pour les écoles

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Les commissions scolaires du Fleuve-et-des-Lacs et Kamouraska-Rivière-du-Loup ont obtenu chacune 1,3 M$ de financement afin de faire l’embauche de personnel supplémentaire dans ses écoles sur tout le territoire.

Ces nouvelles ressources proviennent des mesures annoncées dans le cadre de la Politique nationale pour la réussite éducative, menée par le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx. À la commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, ce financement se traduit par l’embauche de 10 nouveaux enseignants en première année du primaire, de deux professionnels et de 8 techniciennes en éducation spécialisée dédiées principalement aux élèves du préscolaire. Ces embauches représentent en fait l’équivalent du pourcentage de tâches supplémentaire octroyé, en postes à temps plein.

«C’est du support aux classes pour les titulaires en place. Nous avions déjà de petits groupes et l’un des trois meilleurs taux de réussite au Québec. C’est une bonne nouvelle que cet argent soit investi dans le système d’éducation», explique le directeur de la commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, Bernard D’Amours.

RIVIÈRE-DU-LOUP

Du côté de la commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup, ce sont 17 postes équivalents temps plein qui ont été distribués. Ils se déclinent en 11 postes d’enseignants, 1,5 poste de professionnels (psychoéducation et intervention psychosociale), et 4,5 postes en maternelle.

«Nous sommes contents, pour cet automne, nous avons trouvé tout notre monde. Ces mesures font suite aux consultations tenues l’automne dernier par le ministre Sébastien Proulx. Ce sont des mesures qui avaient été annoncées dans le budget», précise le directeur de la commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup, Yvan Tardif. Ces investissements en éducation se poursuivront dans un horizon de 5 ans et M. Tardif s’attend à voir les ajouts de personnel se transposer aux autres cycles du primaire.

«Ça donne de l’air dans la classe, c’est un travail d’équipe. Il y a plus de présence en support à l’enseignement et un accompagnement plus précis des élèves. On veut vraiment agir tôt auprès des enfants en bas âge pour que leurs chances de réussite soient meilleures», précise-t-il. Grâce à ces investissements, une classe de maternelle 4 ans à temps plein a été créée à l’école primaire Les Vieux Moulins de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup. 

Publicité

Commentez cet article