Publicité
4 septembre 2017 - 06:34 | Mis à jour : 5 septembre 2017 - 16:36

Étude sur les cervidés au Témiscouata et à Rivière-du-Loup

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin

Une étude sur les déplacements des orignaux est effectuée dans les secteurs de la MRC de Témiscouata et de la MRC de Rivière-du-Loup. La collaboration des chasseurs est demandée puisque ces derniers ne pourront abattre les 20 cervidés de la recherche et qui sont porteurs d’un collier émetteur.

Le but de l’étude est d’aider la prise de décision lors de la mise en place d’infrastructures routières afin de diminuer les accidents routiers avec les cervidés. Ces derniers sont suivis en temps réel par géolocalisation. Interdit donc aux chasseurs de les abattre.

«Si vous voyez un animal porteur d’un collier télémétrique, il vous est demandé de NE PAS L’ABATTRE afin de ne pas nuire aux recherches qui prendront fin en mars 2020. Si vous abattez l’une de ces bêtes, vous avez l’OBLIGATION D’APPOSER VOTRE COUPON, en plus de ne pas consommer la viande», précise le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Pour les chasseurs infortunés qui auraient abattu l’une de ces bêtes et qui seraient tentés de consommer la viande, le MFFP y va d’une importante mise en garde : leur viande n’est pas comestible. C’est l’anesthésiant qui leur a été administré lors de l’installation des colliers qui rend leur viande impropre à la consommation pour une année complète, soit jusqu’à la fin de mars 2018.

Le ministère rappelle aussi que l’enregistrement d’un orignal abattu demeure obligatoire. On souligne aussi que tout chasseur qui ne respecte pas ces exigences s’expose à des poursuites.

Ainsi, tout chasseur qui abattrait par mégarde un de ces 20 orignaux doit aviser dans les plus brefs délais le responsable du projet ou les agents de protection de la faune. Afin d’éviter tout risque de blessure, il est fortement recommandé de ne pas tenter d’enlever le collier télémétrique.

L'étude est effectuée par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et l’Université du Québec à Rimouski. Elle a été lancée le 7 février 2017 et prendra fin en mars 2020.

 

Publicité

Commentez cet article