Publicité
14 août 2017 - 10:40

L’accès à la téléphonie cellulaire et au réseau internet dans la mire de Bernard Généreux

Le député de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup Bernard Généreux continue de militer pour que l’accès à la téléphonie cellulaire et le réseau internet à large bande s’étendent sur tout le territoire qu’il représente. Le député maintient une communication soutenue avec les citoyens qui l’interpellent à ce sujet.

M. Généreux a fait parvenir la semaine dernière une lettre au nouveau président du Conseil de radiodiffusion et télécommunication canadiennes (CRTC), Ian Scott qui prendra sous peu la relève de Jean-Pierre Blais. Il lui a fait part des réalités de la circonscription et l’a invité à être à l’écoute des citoyens qui vivent en zones moins densément peuplées. Selon le député, l’essor et même la survie des municipalités de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup en dépend. «Il s’agit de la vitalité d’une région qui accuse un grave retard dans l’économie du numérique. Par ricochet, les entrepreneurs sont pénalisés par l’exode des ressources», indique Bernard Généreux dans la lettre envoyée le 1 aout à M. Scott.

Dans la même veine, M. Généreux est l’un des 100 intervenants au Canada à émettre un commentaire au CRTC. Un appel a été lancé en mai 2017 pour soumettre des observations dans le cadre de l’élaboration du régime de financement de la large bande du Conseil. Ce dernier est appuyé par la résolution 157-CM2017 signée par la MRC de Kamouraska. Le député prépare une réplique où il fera valoir qu’il est essentiel de développer les services internet tout en ne négligeant pas la téléphonie cellulaire dans sa circonscription. Selon le député, il est primordial que les investissements soient récurrents et que la contribution financière des municipalités ne soit pas exagérée par rapport à leur capacité de payer et leur manque criant de ressources.

Bernard Généreux est convaincu«qu’en l’absence de mesures et d’incitatifs, ce ne sont que des coups d’épée dans l’eau. Les résidents qui se sentent lésés, lorsqu’ils arrivent à être enfin desservis, paient souvent un prix élevé pour un service intermittent.»

Alors que les projets soumis au printemps sont toujours en analyse dans le cadre du programme «Brancher pour innover» et son pendant provincial, M. Généreux assure qu’il utilise tous les moyens mis à sa disposition pour que ce dossier chemine. 

Publicité

Commentez cet article